Facebook va partager ses rentrées publicitaires avec les éditeurs de vidéos

10/01/17 à 12:51 - Mise à jour à 12:51

Source: Datanews

Facebook envisage d'insérer des publicités au beau milieu des vidéos sur sa plate-forme. Les rentrées correspondantes seront partagées avec les éditeurs.

Facebook va partager ses rentrées publicitaires avec les éditeurs de vidéos

© REUTERS

Le réseau social Facebook est, tout comme YouTube, l'une des principales plates-formes de partage de vidéos. Il semble à présent que l'entreprise veuille en faire une nouvelle source de revenus. Selon le site technologique Recode, Facebook commence à tester ce qu'on appelle des publicités 'mid-roll', à savoir des spots publicitaires interrompant la vidéo, lorsque l'utilisateur l'a regardée au moins vingt secondes durant. Dans un premier temps, Facebook vendra les publicités et partagera les rentrées correspondantes avec les éditeurs des vidéos. Les labels discographiques, groupes de médias, mais aussi des artistes (vidéo) plus modestes recevraient ainsi 55 pour cent des ventes. C'est là la même clé de répartition que celle utilisée par YouTube.

Selon Facebook, les utilisateurs ont en 2016 visionné sur la plate-forme quelque cent millions d'heures de vidéo par jour. Contrairement à beaucoup de concurrents, le CEO Mark Zuckerberg avait toutefois interdit les publicités 'pre-roll' sur sa plate-forme. Il s'agit là de la publicité qui s'affiche, disons, chez YouTube avant le clip. Il était donc malaisé de gagner de l'argent avec des clips sur Facebook. Depuis l'année dernière, les auteurs peuvent cependant mettre en ligne des vidéos sponsorisées, une tactique utilisée par exemple par le groupe de médias Buzzfeed pour ses émissions de cuisine populaires Tasty.

Les artistes plus modestes, qui ne peuvent négocier d'importants accords médiatiques, n'avaient jusqu'à présent pas de réelles possibilités de gagner de l'argent en postant des vidéos sur Facebook. La situation devrait donc changer. Surtout s'ils arrivent à capter l'attention du public. Les publicités n'apparaîtraient que dans les clips de nonante secondes au moins, et pas avant vingt secondes. Le message implicite est donc de mettre l'accent sur la qualité et de lutter contre les pièges à clics ('clickbaits').

Nos partenaires