Facebook sort enfin un plan de lutte contre la désinformation

16/12/16 à 13:59 - Mise à jour à 13:59

Facebook a imaginé différentes mesures pour combattre la diffusion d'informations créées de toutes pièces.

Facebook sort enfin un plan de lutte contre la désinformation

© REUTERS

Le réseau social entend donner à ses utilisateurs la possibilité de lui rapporter les messages factices présentés sous forme d'actualité, comme ils peuvent déjà le faire pour le spam par exemple. Facebook enverra alors ces messages à ce qu'on appelle des 'factcheckers indépendants'.

Si ceux-ci jugent factice le contenu d'un message, il se verra attribuer une icône de mise en garde sur Facebook. Il y aura aussi un lien menant à un article dans lequel l'organisation qui a jugé que le message est bidon, explique pourquoi. Il sera cependant toujours possible de partager ces fausses infos flanquées de l'icône d'avertissement. Les histoires contestées ne pourront plus être utilisées sur Facebook même sous forme de publicité ou de promotion payante.

Ces mesures se trouvent encore en phase de test. Facebook cible avant tout "le pire du pire, à savoir les canulars (hoaxes) évidents propagés par des auteurs de spam à leur profit".

Critiques

Facebook a fait l'objet de sévères critiques après l'élection de Donald Trump comme prochain président des Etats-Unis. Selon d'aucuns, le réseau social en a fait trop peu pour contrer la diffusion d'infos créées de toutes pièces. Il en aurait résulté que nombre d'utilisateurs auraient ainsi pris ces infos comme argent comptant et eu une image assez négative de l'opposante de Trump, Hillary Clinton. Du reste, le phénomène allait dans le sens inverse aussi, mais dans une moindre mesure.

Infos factices

Le problème des fausses infos, c'est qu'elles sont écrites rapidement - du fait qu'aucune source n'est nécessaire - et ont beaucoup d'effet. Les sites web sur lesquels apparaissent ces soi-disant 'actualités', sont souvent bourrés de publicités. Les centaines de milliers, voire les millions de clics rapportent par conséquent facilement de l'argent dans le tiroir-caisse, ce qui fait qu'il devient toujours plus attractif de rédiger ce type de désinformation.

(ANP/WK)

En savoir plus sur:

Nos partenaires