Facebook fait appel à une commission indépendante pour examiner si des élections peuvent être influencées via sa plate-forme

10/04/18 à 15:16 - Mise à jour à 15:16

Une commission indépendante d'experts académiques va examiner 'l'impact des médias sociaux sur les élections et la démocratie'. Voilà ce qu'annonce Mark Zuckerberg sur sa page Facebook.

Facebook fait appel à une commission indépendante pour examiner si des élections peuvent être influencées via sa plate-forme

© Dino

Après le scandale en matière de non-respect de la vie privée, où la firme Cambridge Analytica a abusé d'informations personnelles de millions d'utilisateurs de Facebook dans le cadre des élections présidentielles américaines, Zuckerberg a déjà fait amende honorable. Voici à présent qu'il annonce la création d'une commission indépendante en vue d'examiner l'influence que pourrait avoir sa plate-forme sur des élections. "L'objectif est que des personnalités académiques émettent des idées sur la manière d'aborder ce genre de problème, et que nous puissions prendre nos responsabilités quant à la sécurisation de l'intégrité des élections."

Le projet sera financé par plusieurs fondations philanthropiques américaines. La commission proposera les thèmes à débattre et sélectionnera par le truchement d'un processus d'examen par les pairs ('peer-review-proces') des chercheurs indépendants qui se pencheront sur les sujets retenus. Ces chercheurs auront la possibilité d'analyser les gisements de données sécurisés au niveau de la confidentialité de Facebook. Ils seront autorisés à publier librement leurs résultats, sans que l'entreprise n'ait son mot à dire. "Ils pourront ainsi tirer des conclusions impartiales sur le rôle de Facebook lors d'élections, en ce compris la façon dont nous traitons les risques et les mesures que nous devrons prendre dans la perspective des prochaines élections", écrit Zuckerberg.

Aujourd'hui soir et mercredi, Zuckerberg devra répondre au congrès américain à des questions relatives au scandale Cambridge Analytica. Il tente depuis des jours déjà d'apaiser les esprits en faisant son mea culpa, en annonçant l'arrivée d'une meilleure sécurisation des données et donc en créant à présent cette commission d'enquête. Plusieurs membres du congrès américain ont déjà fait savoir que cela ne les satisfaisait pas et qu'ils allaient mettre le directeur de Facebook à rude épreuve.

Nos partenaires