Facebook et Amazon intensifient la pression sur YouTube

24/04/17 à 12:13 - Mise à jour à 12:13

Source: Datanews

Tant Facebook que le site de diffusion Twitch d'Amazon annoncent avoir conclu de nouveaux accords permettant aux créateurs de vidéos de gagner plus facilement de l'argent.

Facebook et Amazon intensifient la pression sur YouTube

© Getty Images/iStockphoto

Ces dernières semaines, les choses ne se passent pas au mieux pour YouTube, le plus important site vidéo au monde. Après qu'un scandale publicitaire, où de la publicité s'est retrouvée avant ou au beau milieu de vidéos extrémistes, ait conduit à un boycott par des annonceurs, on a appris que YouTube avait abusé de son filtre pour contenu 'indésirable', ce qui avait eu pour effet de rejeter des vidéos LHBT complètement 'innocentes'. Ce n'est donc pas un hasard si tant Facebook que le service de diffusion Twitch d'Amazon annoncent maintenant de nouveaux accords.

C'est que Facebook veut renforcer son désir de proposer davantage de vidéos encore avec un nouvel accord de contenu. Le réseau social, qui entend surtout introduire la vidéo professionnelle, négocie à cette fin avec de grands éditeurs. Il a élaboré un nouveau contrat en vue d'inciter ceux-ci à produire entre autres des vidéos en direct pour la plate-forme.

Facebook propose aux éditeurs un forfait mensuel en échange d'un nombre minimum de minutes de vidéo produites par mois. La condition est que ces vidéos soient suffisamment longues pour pouvoir y incorporer une publicité. L'argent que Facebook versera à l'avance, proviendra de ces publicités 'mid-roll'. Ce qui restera après que le réseau social aura récupéré sa mise, sera réparti entre Facebook et l'auteur de la vidéo.

Facebook considère la publicité 'mid-roll', qui s'affichera donc plus ou moins au milieu de la vidéo, comme une meilleure alternative à la publicité 'pre-roll', qui est actuellement la norme. Le réseau a commencé à tester les publicités dans les vidéos l'année dernière déjà. Facebook est dès à présent l'une des importantes plates-formes vidéo, caractérisée par des milliards de visionnements quotidiens, mais elle n'avait jusqu'à présent pas encore permis aux producteurs de vidéos de gagner de l'argent avec leurs réalisations.

Twitch lance un programme 'affiliate'

Alors que Facebook se tourne vers les grands éditeurs, le site de diffusion Twitch, lui, préfère les petits. Le site, surtout connu comme site de diffusion vidéo pour les jeux, entend en effet permettre aux stars en herbe de gagner aussi de l'argent. Twitch dispose actuellement de 17.000 'partners', à savoir des streamers populaires qui reçoivent une partie de ses rentrées (abonnements et publicités). Vient s'y ajouter à présent un programme 'affiliate' ciblant les streamers qui ne sont pas encore super-populaires, mais qui semblent prometteurs. Le site espère attirer plusieurs milliers de streamers vers son programme 'affiliate'. Ce serait le premier pas vers le statut 'partner', comme l'explique Ethan Evans, vice-president of commerce and developer success chez Twitch, à l'agence Bloomberg. Le but est que ces affiliés diffusent du contenu périodiquement.

Twitch peut être visionné gratuitement et attire quelque dix millions de visiteurs par jour. Le site de diffusion propose principalement des diffusions de jeux avec par exemple des joueurs bien connus qu'on retrouve aussi dans le circuit 'e-sport', mais il compte aussi des cuisiniers, artistes et musiciens parmi ses talents. Ses rentrées financières proviennent des publicités et des abonnements. Pour ce qui est de ces derniers, les utilisateurs versent cinq dollars par mois et par canal pour pouvoir dialoguer avec leurs streamers favoris dans des espaces de clavardage ('chatrooms'). Le site de diffusion a été racheté en 2014 par Amazon pour un milliard de dollars.

Nos partenaires