F-Secure en faveur d'une police internet

21/10/08 à 11:20 - Mise à jour à 11:19

Source: Datanews

F-Secure souhaite non seulement que la police et la Justice collaborent au niveau international, mais le fournisseur de produits de sécurité plaide aussi pour une police internet centrale.

F-Secure souhaite non seulement que la police et la Justice collaborent au niveau international, mais le fournisseur de produits de sécurité plaide aussi pour une police internet centrale.

Le cyber-délit est un phénomène international depuis des années déjà, mais sa localisation et son approche sont encore largement l'apanage des autorités nationales. Hier encore, le FBI appelait à plus de collaboration avec la police et la Justice d'autres pays. F-Secure, fournisseur de logiciels de sécurité, en remet une couche en envisageant une police internet centrale. Kaspersky avait en son temps déjà plaidé pour une police numérique.

Mikko Hyppönen, CEO de F-Secure, propose une 'Internetpol' se situant au dessus des divers législateurs nationaux pour localiser la cybercriminalité et lutter contre elle. Et ce citer suffisamment d'exemples de cyber-méfaits qui rendent ce genre de force de police nécessaire. Il n'a cependant pas précisé comment cet organisme devait opérer à l'échelle internationale, ni comment il devait être composé.

L'une des principales pierres d'achoppement tant pour l'approche actuelle que pour la création d'une 'Internetpol' est le fait que les lois nationales diffèrent assez fortement. Dans certains pays, la création de maliciels ('malware'), le piratage de logiciels, la prise de contrôle d'ordinateurs ou l'hameçonnage ('phishing') de données privées ne sont pas illégaux.

Autre problème: la définition d'un outil de piratage n'est pas toujours claire. Un outil de gestion ou de test de la sécurité peut par exemple être abusé. A l'inverse, un outil de piratage peut être présenté comme un moyen de gestion. En outre, ce genre d'outil peut aussi servir pour inciter les fournisseurs et gestionnaires à améliorer leur sécurité.

En collaboration avec Computable

Nos partenaires