Ericsson accuse Wiko de violation de brevets

17/08/17 à 13:07 - Mise à jour à 13:07

Source: Datanews

En Allemagne, Ericsson se tourne vers la Justice, parce que la marque franco-chinoise de smartphones Wiko refuse de payer pour avoir utilisé la technologie de l'entreprise télécom suédoise.

Ericsson accuse Wiko de violation de brevets

Le Wiko Wim © Wiko

Chez Ericsson, on affirme que Wiko enfreint les brevets sur les technologies 2G, 3G, 4G et d'autres encore. Wiko aurait utilisé ces technologies brevetées d'Ericsson depuis des années déjà sans y souscrire de licences ni verser des compensations.

Les deux firmes négocient depuis mai 2013 déjà pour trouver une solution, mais sans jamais aboutir. Voilà pourquoi Ericsson entend recourir au dernier moyen qui lui reste, à savoir le recours à la Justice.

Wiko n'existe que depuis 2011 et est active chez nous aussi depuis 2015. L'entreprise commercialise surtout des smartphones bon marché tournant sur Android et est dirigée au départ de la France et ce, même si elle appartient en grande partie à la firme chinoise Tinno Mobile.

Ericsson indique vouloir conclure des accords respectant ce qu'on appelle les principes FRAND (Fair, Reasonable and Non-Discriminatory), ce qui lui permettrait de réclamer une indemnisation correcte. Ce type de règlement est du reste assez souvent appliqué par les entreprises technologiques qui ont mis au point de la technologie (par exemple en matière de wifi ou de 4G) qu'on retrouve ensuite par défaut dans certains appareils.

Pour des firmes telles Ericsson, ces accords de licences ne sont pas anodins. C'est qu'elle doit à présent réaliser des économies et ressent la pression concurrentielle de ses rivaux chinois, mais elle possède (tout comme l'entreprise finlandaise Nokia) pas mal de technologies présentes par défaut depuis des années déjà dans des smartphones ou tablettes. Les accords de licences conclus avec de nouveaux acteurs, afin de leur permettre d'utiliser telle ou telle technologie, sont souvent pour Ericsson notamment une source cruciale de revenus.

En savoir plus sur:

Nos partenaires