Econocom amaigrie

27/01/06 à 00:00 - Mise à jour à 26/01/06 à 23:59

Source: Datanews

Chiffre d'affaires nettement revu à la baisse suite à diverses cessions, mais effectifs et rentabilité maintenus.

Conséquence de l'arrêt de ses activités aux Etats-Unis et en Suisse et de la réduction de son activité de distribution en France, le groupe franco-belge de services informatiques a vu son chiffre d'affaires dégringoler de 822 millions d'euros en 2004 à 550 millions d'euros en 2005. Mais surtout, il faut ajouter à celà un retraitement comptable (aux normes IFRS) qui a effacé des tablettes près de 200 millions d'euros liés à certains contrats de leasing. Etonnant. Le groupe précise toutefois qu'à périmètre comparable (en tenant compte des sociétés cédées et de ce retraitement comptable), le chiffre d'affaires a reculé de 5%, "en raison de la baisse des prix de vente des équipements informatiques qui impacte l'activité Products & Services (distribution), ainsi que Financial Services (leasing)". Cette division leasing avait déjà été sous pression en 2004. Le groupe indique par contre que la croissance de l'activité Managed Services est en phase avec celle du marché de l'outsourcing et que les récentes activités télécoms (alimentées par les rachats de CHanSE en Belgique et JCA en France) ont connu une progression à deux chiffres.La chute du chiffre d'affaires n'a pas nui à la rentabilité : toutes les activités sont profitables. La rentabilité opérationnelle (en % du chiffre d'affaires) a légèrement augmenté de 3 à 3,4%.Les effectifs ont également légèrement augmenté, passant de 1700 à 1750 personnes, dont 740 en Belgique. Les filiales suisse et américaine n'employaient qu'une vingtaine de salariés. Parallèlement, la société belge A2Z, spécialisée dans les services ICT aux PME et rachetée début de l'année dernière par Econocom, compte déjà 50 personnes. Selon Jean-Philippe Roesch, directeur adjoint d'Econocom Group, le recul du chiffre d'affaires ne va pas impacter les effectifs. Au contraire, Econocom est occupée à se renforcer, particulièrement sur les segments télécom et PME.

Nos partenaires