'Du software occidental a-t-il joué un rôle dans la mort des journalistes en Syrie?'

23/02/12 à 12:38 - Mise à jour à 12:38

Source: Datanews

"L'UE insiste sur une directive des droits de l'homme pour le secteur ICT. Nous devons savoir si du software occidental a joué un rôle dans la mort de Colvin et Ochlik", voilà le message qu'a posté ce matin sur Twitter Neelie Kroes, la commissaire européenne en charge de l'Agenda Numérique.

'Du software occidental a-t-il joué un rôle dans la mort des journalistes en Syrie?'

© Belga

"L'UE insiste sur une directive des droits de l'homme pour le secteur ICT. Nous devons savoir si du software occidental a joué un rôle dans la mort de Colvin et Ochlik", voilà le message qu'a posté ce matin sur Twitter Neelie Kroes, la commissaire européenne en charge de l'Agenda Numérique.

Marie Colvin et Rémi Ochlik sont les journalistes de guerre qui ont été tués hier dans la ville syrienne de Bab Amro par l'armée syrienne. Ces morts provoquent des réactions de stupéfaction du monde entier. Neelie Kroes, elle aussi, à posté ce matin sur Tweeter le message suivant: "La mort de Marie Colvin et de Rémi Ocklik est une affreuse nouvelle. J'étais une grande admiratrice. La répression et la violence en Syrie doivent stopper." S'en est alors suivi le message susmentionné.

L'on peut se poser des questions à propos du caractère bien-fondé du raccourci pris par Kroes à propos de la mort des journalistes pour évoquer une initiative lancée par la Commission européenne. Il n'empêche que le tweet en question est révélateur dans la mesure où il remet d'un seul coup en évidence la question éthique du commerce des entreprises (notamment ICT) avec des régimes répressifs. Il est clair qu'à ce sujet, de graves questions se sont posées aussi au niveau européen depuis les révolutions en Tunisie, en Egypte et en Libye. Un message du genre: 'la répression libyenne avec de la technologie occidentale' de l'été dernier a déjà démontré combien certaines entreprises ICT n'hésitent pas à se montrer 'impitoyables', lorsqu'il est question de gagner de l'argent.

Ce genre d'informations a aussi incité la Commission européenne à lancer un projet qui devrait déboucher l'année prochaine sur une directive des droits de l'homme pour 3 secteurs: agences de recrutement, pétrole/gaz, et ICT. L'objectif est de créer une plus grande transparence sur l'impact qu'ont par exemple certains produits et services ICT sur les droits de l'homme partout dans le monde. Ou comme l'écrit Kroes sur son weblog: "Nombre d'activistes promotionnent l'utilisation pro-démocratique [de l'ICT] et je l'encourage. Mais d'un autre côté, les acteurs publics et privés ne peuvent ignorer leurs responsabilités. Si de la technologie occidentale est utilisée par des régimes répressifs pour identifier des citoyens innocents et pour menacer leur vie ou leur liberté, j'estime alors que nous - fabricants, fournisseurs, citoyens et gouvernements démocratiques - devrions le savoir."

Nos partenaires