Du point de vue technologique, les pays voisins volent la vedette à la Belgique

05/11/07 à 10:00 - Mise à jour à 09:59

Source: Datanews

Sur le plan de la 'readiness' technologique, à savoir la disposition à utiliser la technologie pour en tirer profit, la Belgique doit s'incliner devant quasiment tout le monde occidental. Voilà ce que met en lumière le tout récent 'Global Competitiveness Report' du World Economic Forum.

Sur le plan de la 'readiness' technologique, à savoir la disposition à utiliser la technologie pour en tirer profit, la Belgique doit s'incliner devant quasiment tout le monde occidental. Voilà ce que met en lumière le tout récent 'Global Competitiveness Report' du World Economic Forum.

Le Global Competitiveness Report du World Economic Forum classe 122 pays en fonction de leur compétitivité économique. Ces chiffres se basent sur les scores obtenus dans 12 catégories différentes, comme 'les Institutions', 'l'Efficience du marché du travail', mais aussi 'l'Ouverture technologique' ('readiness') et 'l'Innovation'. Ce sont précisément ces deux derniers critères qui nous intéressent surtout ici.

Au classement général global, la Belgique se classe, tout comme l'an dernier, à la 20ème position, ex aequo avec la Malaisie. Au niveau de la compétitivité, nous sommes à la traîne de la majeure partie de l'Europe Occidentale et du Nord, mais aussi des Etats-Unis, du Canada, de l'Australie et des pays de pointe en Extrême-Orient: Chine, Japon, Corée, Singapour. Le premier classé est les Etats-Unis, suivis par la Suisse et le Danemark. Le fait que nos pays voisins - l'Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas - se classent dans le top 10 a de quoi nous rendre jaloux.

Les principaux atouts de la Belgique sont entre autres le système d'enseignement, les formations tant de base que supérieures (surtout en mathématiques, sciences et gestion), les infrastructures portuaires, ferroviaires et routières, et l'efficience du marché (des marchandises). Quant à ses principaux inconvénients, ils se situent sur le plan du règlement administratif parfois abusif, de l'énorme rigueur du marché du travail et des taxes à la fois nombreuses et élevées.

Dans le domaine de l''ouverture technologique', nous devons baisser pavillon devant plus de pays encore. La Belgique occupe en effet la 25ème place seulement. En comparaison avec le 'Networked Readiness Index' du World Economic Forum, publié en mars, nous reculons d'un échelon. La Belgique se distingue ici surtout en termes de degré de pénétration du haut débit et de disponibilité des technologies les plus récentes. Mais cela ne peut compenser nos points faibles qui sont l'utilisation limitée de la technologie dans les entreprises et le moins bon degré de pénétration de la téléphonie mobile et du PC. La législation en matière ICT présente clairement des lacunes. Les pays qui se distinguent le plus ici sont la Suède, l'Islande et la Suisse. Quant aux Néerlandais, ils occupent une belle quatrième place.

Pour ce qui est de l''innovation', la situation est meilleure, puisque notre pays se classe en 16ème position, juste après les Pays-Bas, le Royaume-Uni et l'Autriche. En tête, on retrouve les Etats-Unis, suivis de la Suisse et de la Finlande. La qualité des instituts de recherche scientifiques belges est très élevée, et il convient de souligner la bonne collaboration entre les universités et les entreprises. De plus, les moyens financiers accordés à la recherche et au développement sont suffisants. Selon le World Economic Forum, les autorités belges acquièrent cependant nettement trop peu de technologies perfectionnées.

Nos partenaires