DTIC, Région wallonne: compléter le cadre

24/06/10 à 13:47 - Mise à jour à 13:47

Source: Datanews

La Région wallonne connaît officiellement, depuis peu, le nom de son nouveau CIO (Thierry Bertrand, sans surprise). Reste à compléter l'équipe du département ICT.

DTIC, Région wallonne: compléter le cadre

La Région wallonne connaît officiellement, depuis peu, le nom de son nouveau CIO (Thierry Bertrand, sans surprise). Reste à compléter l'équipe du département ICT.

Ces derniers mois, conscient du problème de ressources humaines dont souffre le département DTIC (IT), le gouvernement wallon avait dit vouloir prendre les mesures nécessaires pour renforcer le cadre du département d'ici la fin de ce mois de juin, faisant passer l'effectif à 50 ou 55 ETP (équivalents temps plein). Pour mémoire, l'effectif n'est encore que de 33 ETP. Un chiffre très éloigné de l'objectif final de 66 ETP jugé à terme nécessaire pour assurer la "transition GIEI" et le rapatriement de responsabilités et de missions IT au sein de l'Administration comme l'impliquent les grandes lignes du plan après-GIEI.

Du côté du DTIC, on craint fort - et l'expression est faible - que ce chiffre intermédiaire de 50 ou 55 personnes ne puisse être atteint comme prévu. Prise de conscience et prise de mesures tardives, lenteur dans le processus, risque de ne pas trouver d'emblée les profils requis... sans parler du départ, entre-temps, d'une ou deux personnes. La charge actuelle pour l'équipe existante n'est pas tenable à long terme, répète-t-on au DTIC. Un petit espoir pourrait venir du transfert de personnes venant d'autres organismes de la Région.

Quant à la procédure de recrutement, lancée récemment - "trop tardivement" insiste le DTIC - par le gouvernement, elle ne devrait voir arriver d'éventuels renforts qu'en septembre. Voilà pourquoi le gouvernement estimait récemment que "si les différents postes ne pouvaient faire l'objet d'un recrutement prochainement, le gouvernement a autorisé l'engagement de personnel contractuel, dans l'attente de l'arrivée du personnel statutaire."

Pour ce dernier, l'inquiétude latente concerne la vitesse avec laquelle les bons profils pourront être trouvés. "Pourra-t-on se contenter de profils insuffisants? Est-il plus logique de patienter jusqu'à trouver ceux dont on a réellement besoin?", s'interroge Thierry Bertrand, récemment désigné à la tête du DTIC (voir notre information, sur le site de Data News, en date du 18 juin).

En savoir plus sur:

Nos partenaires