Didier Bellens s'en prend à KPN Belgium

16/11/09 à 11:00 - Mise à jour à 10:59

Source: Datanews

Didier Bellens ne manifeste aucune compréhension pour les concurrents qui se plaignent de la position en vue de son entreprise.

Didier Bellens ne manifeste aucune compréhension pour les concurrents qui se plaignent de la position en vue de son entreprise.

Certains journaux du week-end faisaient la part belle aux déclarations radicales du patron de Belgacom, Didier Bellens. "Quand on n'investit pas, on ne doit pas venir se plaindre par la suite de ne pas avoir suffisamment de clients", pouvait-on lire dans De Tijd.

Et dans La Libre Belgique et L'Echo, Bellens poursuivait: "Si une entreprise télécoms souhaite avoir son mot à dire, elle doit accorder une importance cruciale à la qualité de son réseau. Si l'on n'y investit pas, l'on éprouve irrémédiablement de sérieux problèmes à un moment donné. Voyez ceux auxquels KPN est aujourd'hui confrontée en Belgique."

Selon Bellens, KPN a trop peu réfléchi à long terme: "Au cours des premières années, c'était très facile pour KPN. Elle investissait à peine, accueillait néanmoins des clients grâce à ses prix avantageux et enregistrait des marges correctes. Les problèmes se manifestent à présent car KPN vise aussi les clients qui appellent et consomment plus. Or ces clients veulent la toute nouvelle technologie, comme le 3G. Si vous n'avez pas cette technologie, cela devient difficile. KPN affirme qu'elle a trop peu de clients professionnels et que Belgacom en a trop. Mais si vous ne voulez pas investir, vous ne devez pas vous plaindre."

Dans ses interviews, Bellens se montre également sceptique à l'égard de la quatrième licence GSM dans notre pays: "Pour ce qui est du quatrième acteur GSM, j'ai les plus grands doutes. En Europe, il y a une tendance à la consolidation vers trois acteurs. Et en Belgique, on voudrait changer cela? Je ne dis pas qu'il n'y a pas d'intérêt à la présence d'un quatrième acteur, mais je vous fiche mon billet qu'on en reviendra à un trio par la suite."

Source: Belga

Nos partenaires