Des objections de l'Afrique du Sud contre la procédure de ratification d'OOXML

29/05/08 à 11:00 - Mise à jour à 10:59

Source: Datanews

La ratification définitive de la standardisation du format de fichier OOXML se fera encore attendre quelque peu. L'organisation de standardisation sud-africaine rue en effet dans les brancards et conteste la procédure qui a conduit au standard OOXML.

La ratification définitive de la standardisation du format de fichier OOXML se fera encore attendre quelque peu. L'organisation de standardisation sud-africaine rue en effet dans les brancards et conteste la procédure qui a conduit au standard OOXML.La ratification officielle de la standardisation d'OOXML est reportée à cause des objections d'un membre de l'ISO, à savoir l'Afrique du Sud. Ce pays conteste en effet le processus de standardisation suivi par le format de fichier. Office Open XML est un format dérivé de la suite bureautique Office de Microsoft.Une objection majeure invoquée par l'organisation de normalisation sud-africaine SABS, c'est que lors de la réunion de l'ISO qui a précédé le vote, l'on n'a pas pu parler des conflits existant entre OOXML et d'autres standards, tels ODF. Les Sud-Africains n'apprécient pas non plus le fait que pas mal de points techniques n'étaient pas à l'ordre du jour, ce qui irait à l'encontre des directives officielles. En outre, l'organisation de standardisation internationale ISO n'aurait pas fourni à temps la documentation définitive aux divers membres nationaux.Dans un courrier adressé à l'ISO, SABS écrit ceci: "L'Afrique du Sud doute de la validité du vote définitif, parce nous estimons qu'elle était basée sur des informations incomplètes en raison d'un 'ballot resolution meeting' mal organisé. Nous mettons aussi en doute la validité du processus, où toutes les parties ont dû du début à la fin analyser nettement trop d'informations en nettement trop peu de temps." L'organisation pense que le délai avait été fixé de manière arbitraire, sans que les directives l'imposent.D'autres organisations nationales encore avaient déjà contesté la procédure de standardisation d'OXML. Ainsi la commission norvégienne qui a pris part à cette procédure, soutient-elle fermement les objections sud-africaines. L'ex-responsable de la commission norvégienne a félicité la SABS "de défendre les principes sur lesquels le travail de standardisation devrait se baser". Il a lui-même démissionné, mécontent qu'il était que son pays ait approuvé la standardisation d'OOXML.En collaboration avec Computable

Nos partenaires