Des managers ICT belges dans les Andes

14/01/08 à 10:00 - Mise à jour à 09:59

Source: Datanews

Le 12 janvier, dix-neuf managers et cadres belges du secteur ICT mettront le cap sur l'Equateur pour entreprendre l'ascension de deux sommets volcaniques des Andes : le Cotopaxi (5.897 mètres) et le Chimborazo (6.310 mètres). L'expédition durera 12 jours et son budget s'élève à 100.000 EUR, financé par 14 sponsors.

Le 12 janvier, dix-neuf managers et cadres belges du secteur ICT mettront le cap sur l'Equateur pour entreprendre l'ascension de deux sommets volcaniques des Andes : le Cotopaxi (5.897 mètres) et le Chimborazo (6.310 mètres). L'expédition durera 12 jours et son budget s'élève à 100.000 EUR, financé par 14 sponsors.

"Les managers ICT ont auprès de beaucoup la réputation d'être ennuyeux", fait remarquer Wim Bosmans, coordinateur de l'événement et lui-même cadre au sein de la société d'informatique ARHS installée à Woluwé. "Nous passerions tout notre temps devant un écran d'ordinateur et serions peu dynamiques. Avec cette initiative, nous voulons prouver le contraire. C'est un stimulant pour l'ensemble du secteur."

L'expédition est un défi. La haute montagne est une inconnue absolue pour la plupart de ces managers. Le recrutement de l'équipe a démarré en juin 2007. Le nombre de candidatures a été estimé à une centaine. Seize hommes et trois femmes ont été sélectionnées.

Un programme d'entraînement intensif suivra, axé à la fois sur la condition physique et la préparation mentale. Deux randonnées dans les Ardennes ont été organisées en décembre : une marche de 25 kilomètres le long de la rivière Helle dans les Hautes Fagnes et une randonnée avec forte déclivité entre Bouillon et Vresse. Les participants ont passé des nuits sous tente par des températures négatives. Ces randonnées ont permis de tester les équipements personnels.

Le Cotopaxi, situé à environ 75 kilomètres au sud de la capitale équatorienne Quito, est l'un des volcans encore en activité les plus hauts du monde. La montagne est flanquée d'un glacier, d'une altitude d'environ 5000 mètres. Ce dernier est extrêmement rare dans la région équatoriale. L'autre volcan, le Chimborazo, est éteint depuis des siècles. Son altitude est 500 mètres plus élevée que celle du Cotopaxi.

Les deux ascensions sont physiquement très dures, mais techniquement un peu moins. Beyond Limits, l'organisateur de l'expédition, n'en est pas à son coup d'essai. En février 2006, il a organisé l'ascension du Kilimanjaro et en mars 2007, une expédition a eu lieu dans la chaîne de l'Himalaya au Népal. "Nous constatons un intérêt croissant des entreprises ICT pour ce type de projets. Une expédition en Alaska est déjà prévue pour 2009 et nous recevons pas mal de questions de tous genres sur le sujet."

Les sponsors principaux de l'expédition en Equateur sont Siemens, Aexis et Network Appliance. En plus des avantages en termes d'image et de visibilité, ils voient dans cette initiative une opportunité de renforcer les relations avec les clients et les collaborateurs. Data News, partenaire de la première heure du projet, assurera cette année encore le compte-rendu des événements.

Afin de mieux cerner le groupe et d'éviter des risques de conflits internes, chaque participant a dû répondre à un questionnaire individuel servant à déterminer son profil psychologique. La dynamique de groupe a été représentée à l'aide d'un spectre de couleurs, basé sur les recherches du psychiatre et psychologue suisse Carl Gustav Jung.

Les résultats étaient surprenants. "L'équipe est dévouée à ses tâches mais manque de sensibilité introvertie", constate Fons Feekes. Il se charge de l'analyse du groupe avec le support du bureau de conseils Insight. "Chaque membre du groupe devra faire un effort afin de laisser s'exprimer ses sentiments au sein de l'équipe." Et chacun devra selon lui être attentif à identifier à temps des détails qui pourraient influencer l'ambiance au sein du groupe : problèmes d'équipements, conditions de voyage, le temps ou la communication non verbale. Pour l'exprimer en termes "jungians" : la couleur dominante du groupe est le rouge. "Sous le stress, des manifestations d'agressivité, d'obsession du contrôle et d'intolérance peuvent surgir dans le groupe", poursuit Fons Feekes. Le côté miroir de l'équipe est de couleur verte. Chaque membre de l'expédition devra veiller à échanger suffisamment de feedback positif avec les autres. Savoir écouter, faire preuve de respect et pouvoir lire entre les lignes seront des qualités essentielles, selon Fons Feekes. "Je suis curieux de voir comment les choses vont tourner cette fois-ci, sourit Wim Bosmans. Ce groupe me semble très résolu. L'objectif est d'atteindre les sommets avec l'ensemble de l'équipe. Il faudra limiter au maximum les comportements de petits chefs."

La formule commence visiblement à faire des émules à l'étranger. Aux Pays-Bas, une expédition sera organisée en 2008 dans le Kilimanjaro, à l'occasion des 40 ans de l'hebdomadaire néerlandais d'informatique Computable. "Une édition belgo-néerlandaise, ce serait une idée sympa, pense Wim Bosmans. Nous ne l'excluons pas à l'avenir."

[www.beyondlimits.ws]

Nos partenaires