Des entreprises technologiques font du lobbying pour une meilleure neutralité du net

08/05/14 à 12:19 - Mise à jour à 12:19

Source: Datanews

Plus de cent entreprises technologiques, dont Google, Facebook et Microsoft, réclament aux Etats-Unis une meilleure protection de la neutralité du net. A l'origine de cette demande, il y a un certain nombre de règles qui sont actuellement envisagées.

Des entreprises technologiques font du lobbying pour une meilleure neutralité du net

Plus de cent entreprises technologiques, dont Google, Facebook et Microsoft, réclament aux Etats-Unis une meilleure protection de la neutralité du net. A l'origine de cette demande, il y a un certain nombre de règles qui sont actuellement envisagées. Le courrier est adressé au régulateur télécom américain FCC et est signé entre autres par Amazon, LinkedIn, Imgur, Twitter, Yahoo, Reddit, eBay et des dizaines d'autres entreprises. Elles y plaident pour que les fournisseurs internet ne puissent discriminer aucun trafic de manière technique ou financière. Selon les signataires, ce genre de mesure constitue une menace pour internet.

Par discrimination, elles veulent dire que le trafic de certaines sociétés soit rendu prioritaire, à l'inverse de celui d'autres entreprises et ce, en échange d'une indemnité financière. Il y a ici la crainte que l'on évolue vers un internet à deux vitesses, où les entreprises qui pourront payer, disposeront de services rapides, alors que les autres devront se contenter d'une vitesse basique.

A la base de la rédaction de ce courrier, il y a le fait que le FCC entend élaborer une nouvelle série de règles relatives à la neutralité et à la liberté du net. Mais le président Tom Wheeler aurait fait des propositions permettant aux opérateurs de conclure des accords avec des services web individuels. En même temps, selon The Register, Wheeler aurait dans le passé effectué du travail de lobbying en faveur du secteur télécom.

Les signataires indiquent que ces mesures sont néfastes pour l'innovation. Toute startup qui lancera demain un nouveau service, ne pourra de ce fait par exemple pas concurrencer loyalement un acteur en vue qui, pour son service, pourra compter sur un meilleur réseau.

Nos partenaires