Des chercheurs britanniques mettent au point une main bionique dotée de la... vue

05/05/17 à 13:38 - Mise à jour à 13:46

Source: Datanews

Des chercheurs de l'université de Newcastle confèrent à présent une nouvelle signification à la 'coordination oeil-main'. Ils ont en effet développé une main bionique qui utilise une caméra et l'intelligence artificielle pour saisir des objets.

Des chercheurs britanniques mettent au point une main bionique dotée de la... vue

La pince est l'une des quatre façons avec lesquelles la main bionique peut saisir des objets © University of Newcastle

Aujourd'hui, la plupart des prothèses sophistiquées du bras fonctionne de manière 'myoélectrique': une contraction musculaire dans le moignon de bras génère une tension électrique. Via une électrode sur la peau, cette tension est amplifiée et permet ensuite la commande du petit moteur de la prothèse. Pour pouvoir utiliser efficacement la fonction de saisie d'objets, le porteur de la prothèse doit pouvoir garder ses mouvements musculaires parfaitement sous contrôle. Cela exige énormément d'exercices, de concentration et de patience.

Malgré l'évolution des bras bioniques, ils fonctionnent en effet encore et toujours selon le même principe: le porteur de la prothèse doit à tout moment réfléchir à la façon de faire bouger son bras artificiel. Des chercheurs de l'université de Newcastle veulent mettre fin à pareille situation en confiant cette tâche à la prothèse elle-même.

Dans ce but, ils ont équipé une prothèse d'une caméra numérique et d'un mini-ordinateur. Sur base des images, ce dernier apprend à identifier les objets et comment les saisir au mieux. Cela implique un entraînement des réseaux neuraux. Après cet entraînement, il est apparu que la main bionique était capable de saisir avec succès 88 pour cent des objets.

Main intuitive

"L'ordinateur classifie les objets filmés en groupes sur base du type de mouvement que la main bionique va devoir exécuter pour pouvoir les saisir", explique l'ingénieur biomédical Kianoush Nazarpour. Son équipe a programmé quatre modes de saisie différents.

"L'avantage de notre système, c'est qu'il est tellement flexible. Au lieu de fonctionner avec une base de données dans laquelle chaque objet est associé à un mode de saisie, la main artificielle apprend d'elle-même quel mode de saisie conviendra le mieux à l'objet qu'elle distingue. Ce faisant, la main peut aussi saisir de nouveaux objets, qu'elle n'avait jamais vus avant. Nous avons mis au point une main intuitive qui bouge de la meilleure manière - sans que le patient doive réfléchir."

Entre le moment où la main voit un objet et celui où elle reçoit un signal lui intimant le mode de saisie correct, à peine quelques millisecondes s'écoulent. C'est dix fois plus rapide que le bras bionique le plus rapide actuellement sur le marché. Dans une prochaine phase de recherche, la main ressentira aussi la pression et la température de l'objet à saisir.

Nos partenaires