Des capitalistes 'venture' pillent les entreprises de télécommunication

19/07/07 à 12:10 - Mise à jour à 12:09

Source: Datanews

L'opérateur de télécommunication danois TDC, jadis actionnaire de Belgacom, est pillé par des capitalistes 'venture' qui font faire d'énormes dettes aux Danois pour indemniser les actionnaires... donc eux-mêmes. Liberty Global mène une opération similaire chez Telenet.

En février passé, l'opérateur danois TDC fut repris par un groupe d'investissement comportant KKR, Apax et Blackstone pour la somme de 9 milliards d'euros. Il s'agissait du premier opérateur européen à tomber aux mains d'un holding de contrôle, qui a fait contracter un emprunt de 5 milliards d'euros par TDC pour allouer 5.8 milliards d'euros aux actionnaires... donc eux. Ce qui leur a permis de récupérer une grande partie de leur investissement. La dette des Danois est passée de 2 à 7 milliards d'euros. En raison des taux d'intérêts élevés, TDC doit aujourd'hui faire des économies et licencier 5 à 6% du personnel. Tout cela est mentionné dans le [rapport du professeur William Melody], de la Tech Uni au Danemark, et cité par Planet Internet.

D'après Melody, l'impact sur les investissements en matière de réseau principalement, est néfaste. Le professeur se demande d'ailleurs si le gouvernement danois ne devrait pas intervenir.

Le groupe américain Liberty Global est parvenu, d'une façon similaire, à récupérer une grande partie de ses investissements dans Telenet. Le 21 juin, Liberty Global a payé 466.7 millions d'euros pour le rachat de 18.4% de Telenet. De ce fait, Liberty Global possédait 49.7% de Telenet et une majorité au conseil d'administration.

Ce même conseil d'administration a décidé il y a peu d'emprunter 825 millions d'euros pour verser une indemnité particulière aux actionnaires. Il s'agit d'une allocation de 5 à 8 euros par action, soit un total de 560 à 900 millions. Ce faisant, Liberty Global a récupéré une grande partie de son investissement. Et la dette de Telenet est passée de 1.3 à 2.1 milliards d'euros. Mais l'augmentation des taux d'intérêt a tout gâché. Le refinancement a été reporté de 2 à 3 mois.

Nos partenaires