"Déployer le 3G là où il y a une forte concentration d'habitants"

27/07/10 à 13:34 - Mise à jour à 13:34

Source: Datanews

La stratégie 3G de KPN Belgium est basée sur la population plutôt que sur le territoire géographique. Voilà ce qu'a expliqué Bart Vandesompele, le porte-parole de KPN, en marge de la présentation des résultats trimestriels de l'entreprise. Il n'est plus question d'une couverture nationale complète en 2010. KPN Belgium (l'entreprise derrière BASE) a attendu des années avant de déployer le 3G, ce qui lui a valu pas mal de commentaires. "A présent, le marché est vraiment mûr pour le 3G, et le prix de revient de l'infrastructure est descendu à un niveau acceptable", explique Vandesompele.

"Déployer le 3G là où il y a une forte concentration d'habitants"

La stratégie 3G de KPN Belgium est basée sur la population plutôt que sur le territoire géographique. Voilà ce qu'a expliqué Bart Vandesompele, le porte-parole de KPN, en marge de la présentation des résultats trimestriels de l'entreprise. Il n'est plus question d'une couverture nationale complète en 2010.

KPN Belgium (l'entreprise derrière BASE) a attendu des années avant de déployer le 3G, ce qui lui a valu pas mal de commentaires. "A présent, le marché est vraiment mûr pour le 3G, et le prix de revient de l'infrastructure est descendu à un niveau acceptable", explique Vandesompele. "Il en résulte que nous allons pouvoir proposer un prix plus intéressant que celui de la concurrence."

KPN entend déployer son réseau 3G en collaboration avec Ericsson et ZTE en Belgique (et en Allemagne), sans pour autant en arriver à une couverture complète. "Nous proposons déjà le 3G dans les 7 plus grandes villes et allons à présent l'étendre aux autres régions à forte concentration d'habitants. Une couverture complète n'est pas encore nécessaire pour l'instant."

Le fait que sur l'E40 reliant Gand à Bruxelles, il faille se contenter d'Edge, ne doit pas être un problème, selon le porte-parole. "Même l'iPad fonctionne correctement sur Edge. Nous sommes conscients que cette stratégie ne sera plus possible d'ici quelques années, mais en 2011, nous pourrons proposer les mêmes vitesses, voire des vitesses plus élevées que celles de la concurrence. Et nous aurons dépensé moins d'argent pour ce faire."

Résultat net

Au deuxième trimestre, BASE a enregistré un résultat net légèrement supérieur à ce que pas mal d'analystes attendaient. En Belgique, l'entreprise a réalisé une hausse de 6,6 pour cent de son chiffre d'affaires dans les services par rapport à l'an dernier.

Ce faisant, KPN a augmenté sa part sur le marché mobile belge à plus de 18 pour cent au deuxième trimestre. Il s'agit là d'une hausse d'1 pour cent par rapport à la période correspondante de l'année dernière.

Le chiffre d'affaires global et les autres apports en Belgique ont diminué d'1,5 pour cent à 201 millions d'euros, ce qui a entraîné la vente des activités belges en réseau fixe de gros de KPN. "Les activités belges se sont avérées très fructueuses avec le portefeuille BASE simplifié et une concentration régionale", peut-on lire sur le rapport semestriel.

Grâce à une 'focalisation constante sur les coûts, la valeur de la clientèle et les parts de marché', le bénéfice net a crû de 26 pour cent à 465 millions d'euros. Les analystes avaient tablé sur un bénéfice net de 449 millions d'euros. Au deuxième trimestre, le chiffre d'affaires s'est établi à 3,36 milliards d'euros, conformément aux attentes.

KPN confirme ses prévisions pour le reste de l'année. Pour 2010, l'entreprise table sur un chiffre d'affaires de l'ordre de celui de 2009, sur un cash flow d'exploitation de plus de 5,5 milliards d'euros, sur des dépenses de capital supérieures à 2 milliards d'euros, sur un cash flow libre de plus de 2,4 milliards d'euros et sur un dividende par action de 0,80 euro.

En savoir plus sur:

Nos partenaires