Cyber-prise d'otage aux Pays-Bas: des ordinateurs contrôlés par le mail factice Bol.com

24/11/14 à 14:04 - Mise à jour à 14:04

Source: Datanews

Vendredi dernier, des cybercriminels ont tenté d'escroquer des Néerlandais. Ils leur ont envoyé un courriel à propos d'une soi-disant commande chez Bol.com. Les expéditeurs ont pris alors le contrôle des ordinateurs des personnes qui ont ouvert la pièce jointe au courriel, et ont exigé une rançon.

Cyber-prise d'otage aux Pays-Bas: des ordinateurs contrôlés par le mail factice Bol.com

© Bol.com

Voilà ce qu'a fait savoir Bol.com à l'agence de presse néerlandaise ANP. Le magasin web recherche un moyen d'agir.

Des mails d'escroquerie envoyés à partir de klantenservicebol.com

Plusieurs clients ont pris contact ce vendredi avec Bol.com. L'on ne sait cependant pas combien de personnes se sont fait avoir. Certains courriels d'escroquerie ont été expédiés au départ de l'adresse klantenservicebol.com.

'Nous n'envoyons jamais de courriels à partir de cette adresse. Les gens peuvent le savoir. De plus, la pièce jointe est un fichier zip. Nous n'en envoyons jamais', déclare une porte-parole.

Le phénomène de la cyber-prise d'otage avait défrayé la chronique le mois dernier déjà. Les auteurs avaient utilisé alors les noms de PostNL et DHL pour accéder aux ordinateurs. L'on ne sait toujours pas qui était derrière cette initiative et/ou s'il s'agit des mêmes auteurs. Avec les bitcoins, l'on peut accéder à de l'argent de manière rapide et anonyme.

Un bureau d'avocats berné: 'Nous n'avons d'autre choix que de payer'

Même un bureau d'avocats a été la victime de l'escroquerie. 'Dans le courriel, nous pouvions contrôler une commande par track and trace. Tout notre réseau est à présent pris en otage. Nous devons verser 780 dollars en bitcoins, soit quelque 630 euros', annonce un avocat, qui veut garder l'anonymat. Le bureau n'a d'autre alternative que de payer. 'Il faut passer par là, sous peine de perdre tous les fichiers. C'est dommage de perdre ainsi de l'argent, mais notre travail a bien plus de valeur encore.' (Belga/MI)

En savoir plus sur:

Nos partenaires