Creon et Lars pour faire oublier Nico

11/09/08 à 10:45 - Mise à jour à 10:44

Source: Datanews

Il y a une vie après... Affirment les syndicats après l'échec du projet informatique Nico du Centre d'accompagnement des élèves (Centrum voor Leerlingenbegeleiding ou CLB) constaté par le Ministre flamand de l'enseignement Frank Vandenbroucke en octobre dernier.

Il y a une vie après... Affirment les syndicats après l'échec du projet informatique Nico du Centre d'accompagnement des élèves (Centrum voor Leerlingenbegeleiding ou CLB) constaté par le Ministre flamand de l'enseignement Frank Vandenbroucke en octobre dernier.

Lequel avait décidé d'arrêter les frais alors que le consortium informatique EDS-Telindus cherchait depuis presque un an une alternative avec le personnel de CLB.

Aujourd'hui pourtant, tout semble redevenir possible, à condition de faire preuve de créativité. Du coup, Nico n'a pas un, mais deux successeurs, Creon et Lars. Creon sera le système central, une base de données d'enregistrement cohérente pour l'administration. Afin d'uniformiser au maximum la saisie des données, un manuel a été distribué à l'ensemble des centres. Cet été, Creon a été mis au point et testé. Les premières données devraient pouvoir être transmises à partir de décembre 2008.

De son côté, Lars est un logiciel conçu comme outil de travail pour les collaborateurs de CLB afin d'assurer le planning des activités, le suivi des élèves, l'échange de dossiers, etc.). Il faut savoir qu'une grande partie de Lars a été développée du temps de Nico par le VCLB de Roulers comme alternative officieuse à Nico... dont on connaît les déboires.

Les syndicats sont à première vue prudemment positifs. "Nous avons l'impression que les développeurs du projet ont retenu les leçons du passé de Nico, confie Dirk De Zutter, secrétaire national de la CLB au syndicat des enseignants COC. "Le démarrage se fait en douceur sans tout vouloir d'un coup et les centres ne doivent pas être constamment connectés au système central, ce qui évite de surcharger et de bloquer l'ensemble de l'infrastructure. Cela dit, nous restons prudents dans l'espoir que tout ce passe bien."

Nos partenaires