Combien un utilisateur vaut-il?

13/07/11 à 12:27 - Mise à jour à 12:27

Source: Datanews

Déterminer la valeur commerciale d'une entreprise web 2.0 tient de la gageure.

Combien un utilisateur vaut-il?

Déterminer la valeur commerciale d'une entreprise web 2.0 tient de la gageure, même si le "chiffre d'affaires par utilisateur" peut constituer un critère intéressant.

Collecter des données concrètes sur les entreprises web 2.0 s'apparente souvent à trouver une épingle dans une meule de foin. La société de capital-risque Spark Capital a toutefois collecté les données sur le chiffre d'affaires (estimé) par utilisateur actif des sociétés web 2.0 les plus exposées et les a comparées à leur capitalisation boursière (estimée également). Selon Bijan Sabet de Spark Capital, une telle société devrait au minimum atteindre le seuil de 2 dollars de chiffre d'affaires par utilisateur actif.

Selon ses chiffres, tel est largement le cas pour Groupon (près de 80 dollars) et Google (près de 30 dollars). Zynga (avec environ 5 dollars), Facebook et LinkedIn (toutes deux quelque 3 dollars) franchissent péniblement ce seuil, tandis que Twitter arrive à peine à 1 dollar. Dans le cas de Groupon, il faut certes remarquer que les utilisateurs vendent des produits et des services, alors que l'on ne peut prendre en compte chez Google que les utilisateurs du moteur de recherche. Ces chiffres contrastent avec la capitalisation boursière d'environ 170 milliards de dollars de Google, de près de 80 milliards pour Facebook ainsi que de 20 milliards pour Zynga et Groupon. LinkedIn et Twitter se situent aux environs de 10 milliards de dollars.

Sur la base de ces chiffres, l'on peut sans doute estimer que Google n'est pas prête de disparaître, alors que Groupon est largement sous-évaluée. Facebook présente certes l'avantage du très grand nombre d'utilisateurs, mais devra néanmoins confirmer sa capacité à conserver son nombre d'utilisateurs actifs. Zynga semble maintenir un sain équilibre, de sorte qu'au final, Twitter soit pour l'instant la plus exposée au risque de 'bulle'.

Nos partenaires