Chez Belgacom, les syndicats voient les "RH se vider"

16/09/11 à 12:11 - Mise à jour à 12:11

Source: Datanews

Bien que les syndicats réagissent de manière positive à la décision prise par le conseil d'administration de ne finalement pas réengager la contestée Concetta Fagard, une nouvelle préoccupation les interpelle. Le départ de la directrice RH, Astrid De Lathauwer, et de son adjoint engendre "un vide dans la concertation sociale". Voilà ce qu'affirme à l'agence Belga Ben Coremans, délégué syndical CSC Transcom.

Chez Belgacom, les syndicats voient les "RH  se vider"

Bien que les syndicats réagissent de manière positive à la décision prise par le conseil d'administration de ne finalement pas réengager la contestée Concetta Fagard, une nouvelle préoccupation les interpelle. Le départ de la directrice RH, Astrid De Lathauwer, et de son adjoint engendre "un vide dans la concertation sociale". Voilà ce qu'affirme à l'agence Belga Ben Coremans, délégué syndical CSC Transcom.

A propos de la décision dans l'affaire Fagard, Coremans évoque "le bon sens". Il espère qu'ainsi "l'on en revienne aux véritables problèmes au sein de l'entreprise, comme la pression au travail, le stress et la flexibilité croissante". Il ne veut pas cependant pas dire que cette question a ébranlé la position de Bellens auprès du personnel. "Nous ne visons pas l'homme. Pour nous, ce n'est pas la première fois qu'il y a un conflit et que la concertation sociale nécessite un consensus", ajoute Coremans. Il espère que la sérénité sera à présent de nouveau de mise chez Belgacom.

Il y a pourtant encore un souci suite au départ de la directrice des relations humaines, Astrid De Lathauwer. De Lathauwer a remis sa démission, très probablement parce qu'elle n'appréciait pas la façon de faire de son patron, Didier Bellens. En outre, son adjoint, Sven Audenaert, rejoindra le 1er octobre prochain le service du personnel de la SNCB. "Deux personnes très compétentes s'en vont donc. Elles laissent un vide dans la concertation sociale chez Belgacom qui sera bien difficile à combler", prévient Coremans.

Nos partenaires