Ceylon, une alternative à Java?

21/04/11 à 09:08 - Mise à jour à 09:08

Source: Datanews

Gavin King - connu pour Hibernate et Seam - de Red Hat prépare ...

Ceylon, une alternative à Java?

Gavin King - connu pour Hibernate et Seam - de Red Hat prépare Ceylon, destiné à devenir une alternative à Java.

Ces dernières années, il y a eu pas mal de débats à propos de langages de programmation en tant qu'alternatives possibles à Java. Lors de la récente conférence des développeurs QCon organisée à Bejing, Gavin King de Red Hat (qui a déjà à son actif notamment Hibernate, un 'object/relational mapping framework', et Seam, un 'webapplication framework' de JBoss) a présenté pour la première fois son langage Ceylon (*).

Dans sa présentation, King a évoqué ses frustrations avec Java et surtout son mécontentement à propos du SE SDK (Standard Edition Software Development Kit). Après 15 années, "il a toujours des airs expérimentaux et apparaît comme un travail encore en cours de développement", a dit King. En outre, ce dernier dispose d'une mini-liste de caractéristiques souhaitées pour un langage de programmation 'business computing', alors que les nouveaux venus populaires comme par exemple Scala ne répondent à ses yeux pas à ces exigences (comme il l'a affirmé sur son blog).

King insiste cependant sur le fait qu'il ne considère pas Ceylon comme un 'Java Killer' (tueur de Java), mais comme "un langage qui a été profondément influencé par Java et est développé par des adaptes impénitents de Java". Ceylon est plutôt destiné à surmonter les limites de Java, et c'est là-dessus que King poursuit sa présentation. Ceylon tournerait du reste explicitement sur les actuelles Java Virtual Machines (JVM). Pour l'évolution de Ceylon, qui se trouve encore dans un stade très précoce, King espère pouvoir faire appel au code open source existant et évidemment à la collaboration de l'open community.

(*) Pourquoi l'appellation Ceylon? L'île de Ceylan est pour le thé ce que l'île de Java est pour le café: serait-ce là l'explication?

En savoir plus sur:

Nos partenaires