Cette appli met en ligne les gens dépourvus de wifi ou de la 4G

13/05/16 à 13:03 - Mise à jour à 13:02

La jeune entreprise américaine Pangea a mis au point une appli qui permettrait à quatre milliards de personnes d'accéder à internet. Dans des pays comme le Nigeria, le Kenya et le Mozambique, ce service pourrait être rapidement déployé.

Cette appli met en ligne les gens dépourvus de wifi ou de la 4G

© Reuters

L'accès à internet partout dans le monde devient un marché important pour les entreprises internet de la Silicon Valley. Facebook prépare ainsi des petits avions sans équipage (drones) pour introduire internet dans les zones rurales des pays en voie de développement dépourvues de réseau wifi ou 3G. Google tente de faire de même, mais avec des montgolfières. Dans ce but, les drones doivent voler à dix kilomètres d'altitude et transférer le signal des satellites vers les téléphones mobiles au sol. Un seul drone de Facebook revient à quinze millions de dollars et pour couvrir entièrement d'internet un pays aussi grand que le Nigeria, quinze drones seraient nécessaires.

Infrastructure existante

Il devrait y avoir une solution plus économique, a-t-on dû penser au sein de la start-up américaine Pangea. Elle a par conséquent opté pour une tout autre technologie en vue de connecter quatre milliards de personnes (deux tiers de la population mondiale) à l'internet mobile. "La téléphonie mobile est une forme importante de communication en Inde et en Afrique au sud du Sahara par exemple, ce qui rapporte beaucoup d'argent aux entreprises télécoms. Il y a par conséquent quasiment partout une bonne couverture. Les antennes téléphoniques se trouvent aussi partout dans les pays en voie de développement", déclare Marco Scotti, directeur de Pangea.

Contrairement à Facebook et à Google, Pangea entend exploiter cette infrastructure existante pour connecter les gens à internet. Une demande de données mobiles est envoyée à partir du serveur de Pangea situé en Californie sous forme d'ondes sonores vers le téléphone mobile sur place. Grâce à une appli spéciale (uniquement pour Android), ces ondes sont ensuite converties en données avec un délai de dix à vingt secondes.

La technologie est préparée depuis un an. A présent, Pangea est occupée à déployer l'appli dans différents pays en voie de développement.

Nigeria

Pangea a effectué en 2015 des tests en Inde, où quelque septante mille personnes ont utilisé l'appli. Scotti s'attend à être pleinement opérationnel d'ici quelques semaines au Nigeria. Il envisage aussi à court terme la Côte d'Ivoire, le Mozambique et le Kenya. Le service sera entièrement gratuit pour les utilisateurs.

"Nous voulons en premier lieu connecter le plus de personnes possibles", affirme Scotti, "car l'accès à internet est une condition essentielle au développement social et économique." A brève échéance, la jeune entreprise pense pouvoir gagner de l'argent avec la publicité. "Nous avons la possibilité de connecter cinquante millions de personnes à internet au Malawi, ce qui sera énormément intéressant pour les entreprises qui veulent atteindre ces gens", ajoute encore Scotti.

Potentiel

Le potentiel de la technologie est lié au fait que Pangea va collaborer avec Facebook. "Ses drones ne sont pas encore actifs, et l'entreprise va donc utiliser Pangea pour fournir l'accès internet", poursuit Scotti.

En outre, la start-up recherche une collaboration avec l'organisation de défense des droits de l'enfant Unicef des Nations Unies et avec des organismes non marchands tels Habitat for Humanity. "Nous devons encore consacrer beaucoup de temps et de moyens à la culture d'internet. Les gens apprendront comment en profiter", prétend Scotti. De plus, Pangea cible trois secteurs, où l'accès à internet est, selon lui, le plus important: l'enseignement, les soins et les petites et moyennes entreprises. "Deloitte a estimé que les petites entreprises peuvent accroître de 30 pour cent leur chiffre d'affaires au cours des trois premiers mois de leur accès à internet", conclut Scotti. (IPS)

En savoir plus sur:

Nos partenaires