Capgemini se renforce en Inde en s'offrant Kanbay

27/10/06 à 00:00 - Mise à jour à 26/10/06 à 23:59

Source: Datanews

La transaction valorise la SSII indienne à 1,25 milliard de dollars.

Les grosses acquisitions sont de retour chez Capgemini. Le groupe de services informatiques annonce le rachat de Kanbay, société indienne cotée aux Etats-Unis et spécialisée dans la finance. Le français consolide ainsi rapidement sa présence stratégique en Inde et se renforce dans les métiers de la finance qui représentent 22 % du marché global des services informatiques.Kanbay travaille à 80% pour le marché américain et à 20% pour la Grande-Bretagne, la finance génère 78% de son chiffre d'affairesSelon les termes de l'accord, Capgemini se porte acquéreur de l'ensemble des actions ordinaires de Kanbay pour 29 dollars par action payable en numéraire. Ce prix représente une prime de 15,9% par rapport au cours de clôture de Kanbay du mercredi 25 octobre 2006 et de 28,3% par rapport à la moyenne mensuelle des cours précédant la présente annonce.La transaction valorise le capital de Kanbay à 1,25 milliard de dollars.Le prix semble important mais c'est une affaire. Actuellement, les SSII indiennes tentent de se vendre 8 fois le chiffre d'affaires. Kanbay se paiera seulement 3 fois le chiffre d'affaires.Le nouvel ensemble aurait un total de 12.000 employés à fin 2006 en Inde qui deviendrait ainsi le deuxième pays du Groupe en nombre d'employés (16% de l'effectif total).Cette transaction devrait avoir un impact positif sur le bénéfice par action de Capgemini de plus de 5% en 2007 et plus de 10% en 2008, déclare le groupe. Elle devrait être finalisée en début d'année 2007.Dans un entretien accordé aux Echos, Paul Hermelin, dg de Capgemini souligne que cette acquisition "est cohérente avec ce que l'on a fait jusqu'à présent et donne encore plus de sens aux objectifs que nous nous sommes fixés."Le rachat illustre également la nouvelle stratégie du groupe baptisée 'I3' pour industrialisation, intimacy et innovation. "Les SSII indiennes mènent actuellement la bataille de l'industrialisation au seul niveau du back-office. Nous voulons une industrialisation complète, intégrant le front-office, nous aurons une longueur d'avance sur elles. Et surtout nous attirerons les meilleures ressources en Inde".

Nos partenaires