CA capitalise sur l'EITM

23/04/07 à 00:00 - Mise à jour à 22/04/07 à 23:59

Source: Datanews

A l'occasion de sa conférence d'utilisateurs à Las Vegas, CA a présenté l'évolution de sa stratégie de gestion d'infrastructures d'entreprise ou EITM ('enterprise IT management').

Pour CA - et sans doute pour la plupart des directeurs IT -, les infrastructures deviennent toujours plus complexes, chaque nouvelle technologie s'ajoutant aux autres sans vraiment les remplacer. Du coup, de 65 à 80% du budget IT d'une organisation est consacré à la maintenance des systèmes en général.C'est pour unifier et simplifier l'ensemble de ces infrastructures que CA avait dévoilé voici 18 mois environ son concept de la gestion de l'IT d'entreprise (EITM). Avec une volonté d'automatiser et d'intégrer au maximum l'informatique.ConcretDésormais, l'offre prend forme puisque pas moins de 16 solutions modulaires sont aujourd'hui disponibles. Le coeur de cette nouvelle offre est le 'unified service model' qui permet de visualiser les relations entre les actifs et les ressources IT, les services supportés et les utilisateurs qui exploitent ces services. Ce 'unified service model' sert en outre à analyser la qualité, le coût et les risques de chacun des services IT proposés au 'business'.Autour de ce coeur, on retrouve désormais donc pas moins de 16 solutions dans trois grands domaines: 'govern' (par ex. gestion de projets et de portefeuille, gestion d'actifs IT, gouvernance); 'manage' (gestion des changements et des configurations, gestion des charges de travail, gestion des identités et accès, gestion des performances des applications, etc.), et 'secure' (gestion des identités et accès, gestion des menaces, etc.).Ces produits ont été soit développés en interne, soit acquis (grâce aux rachats par ex. de Wily, Spectrum et plus récemment Cendura et son produit Cohesion de 'dependancy mapping').CA explique clairement que la mise en place d'une EITM est un "voyage" et pas une fin en soi. Et que, si elle affirme être en avance sur ses concurrents (dont BMC Software, HP et IBM, mais peut-être aussi Microsoft, Oracle, EMC et Symantec), elle doit encore "exécuter" et faire passer son message aux clients.

Nos partenaires