C'est l'inquiétude chez les informaticiens de Dexia à propos de la restructuration

29/09/09 à 11:30 - Mise à jour à 11:29

Source: Datanews

La nouvelle phase de restructuration chez Dexia prévoit la perte de 150 à 160 emplois dans le département 'IT & Operations', ce qui provoque pas mal d'émoi chez les informaticiens du bancassureur.

La nouvelle phase de restructuration chez Dexia prévoit la perte de 150 à 160 emplois dans le département 'IT & Operations', ce qui provoque pas mal d'émoi chez les informaticiens du bancassureur.

Juste avant le dernier week-end, Dexia annonçait une nouvelle phase de son plan de restructuration (annoncé en novembre). En tout, 602 emplois disparaîtront en Europe, dont 445 en Belgique. Et même si les syndicats ne connaissent pas encore tous les détails, des informations sont déjà apparues ici et là annonçant la perte de 166 emplois ICT dans notre pays. "Et cela crée une sérieuse inquiétude chez nos informaticiens", explique Luc Soete, représentant syndical CNE.

Il souhaite par conséquent nuancer quelque peu ces informations. Il évoque lui 150 à 160 emplois concernés au département 'IT & Operations'. "Mais le centre névralgique de la réorganisation se situe précisément au niveau des 'Operations', les services de support comme les 'facilities', la logistique, ... Dans les divisions purement IT comme le développement, l'infrastructure et les services, la réduction du nombre d'emplois serait à première vue très limitée. Prenez le développement par exemple: la restructuration se contenterait de la suppression des places vacantes." Au sein des 'Operations', les syndicats espèrent que pour la plupart des gens, des solutions seront trouvées dans l'entreprise ('mobilité interne').

Les syndicats avaient dans le passé aussi exprimé des critiques à l'égard de la sous-traitance des activités ICT. "Même si nous ne sommes pas heureux de cette stratégie, un changement sur ce plan n'aurait que peu d'effet sur cette restructuration", estime Soete. En outre, les syndicats viennent d'être informés que Dexia ne souhaite rien changer à sa stratégie d'externalisation. "Ne pas la réduire, mais ne pas non plus l'augmenter, voilà ce que cela signifie. Les fonctions stratégiques demeureront donc en interne. Selon la direction, la sous-traitance sert à réagir de manière plus flexible à certains besoins IT. Elle évoque aussi un manque d'informaticiens en Belgique. Personnellement, j'ai des doutes à ce sujet. Il doit y avoir d'autres raisons, comme le coût."

Fin 2008, Dexia concluait un accord IT avec les entreprises indiennes Hexaware et Satyam (aujourd'hui Mahindra Satyam). Mais vu l'évolution ces derniers temps chez Mahindra Satyam - un scandale comptable, suivi d'un rachat de l'entreprise -, les syndicats ont insisté pour que cet accord soit dénoncé. Tel n'est pas le cas, nous a déclaré la porte-parole de Dexia, Ulrike Pommée, mais le fait est que le contrat se trouve au frigo depuis quelque temps déjà. "Nous attendons des éclaircissements", a conclu la porte-parole.

Nos partenaires