C'en est fini du boycott d'artistes chez Spotify

04/06/18 à 12:15 - Mise à jour à 12:15

Source: Datanews

La politique de Spotify d'exclure de ses listes d'écoute les artistes au comportement malsain, est mise au placard. Dans un communiqué, le service de diffusion musicale a en effet annoncé qu'il n'allait plus jouer le rôle de jury ou de juge à propos de l'attitude des artistes. Il continuera cependant de rejeter les chansons véhiculant un message de haine.

C'en est fini du boycott d'artistes chez Spotify

. © REUTERS

Ce qu'on appelle en anglais la règle 'Hate Content & Hateful Conduct' avait été introduite en mai. Suite à son application, des chansons de R. Kelly notamment avaient été exclues des listes d'écoute que le service compose lui-même. Dans ce cas précis, la raison était le scandale sexuel dans lequel le rapper était impliqué. Ce dernier est en effet accusé d'avoir abusé de femmes et de jeunes filles. XXXTentacion lui aussi avait été supprimé des listes d'écoute, parce qu'il est accusé de violence familiale.

Cette action prise par Spotify avait fait l'objet de nombreuses critiques dans le monde artistique. Le label discographique de Kendrick Lamar entre autres avait menacé de retirer toute sa musique de la plate-forme.

Par voie de communiqué, Spotify annonce à présent que sa règle a semé une confusion inutile, et que le bannissement en raison du comportement de certains artistes était levé. "Des artistes craignaient même que des erreurs de jeunesse puissent se retourner contre eux. Ce n'est pas ce que veut Spotify", peut-on lire.

Spotify continuera cependant de se montrer très stricte pour ce qui est des textes haineux de chansons. "Spotify n'autorise aucun texte ayant comme but d'inciter à la haine ou à la violence contre des personnes en raison de leur race, religion, handicap, genre ou tendance sexuelle. Comme par le passé, nous continuerons d'exclure tout contenu contrevenant à ce principe. Nous ne parlons pas ici de textes scandaleux, explicites ou vulgaires, mais bien de ceux qui propagent la haine", ajoute le service de diffusion musicale. (EB/ANP)

Nos partenaires