Business Objects s'adapte aux exigences du marché belge

06/02/07 à 00:00 - Mise à jour à 05/02/07 à 23:59

Source: Datanews

Dire que Business Objects, le spécialiste en logiciels de Business Intelligence, se réorganise et lance de nouveaux produits tout spécialement pour le marché belge, serait bien entendu abusif. Il n'empêche que ses nouvelles initiatives visant le marché des moyennes entreprises sont parfaitement adaptées à un pays de PME comme la Belgique.

L'Américain Todd Rowe, 'vice president worldwide midmarket' est venu en Belgique pour annoncer la nouvelle: Business Objects (BO) entend prendre la direction du marché des moyennes entreprises. Même si BO possède déjà quelque 30.000 clients sur ce marché, elle ne peut pas, selon Rowe, être qualifiée de véritable leader. "Il s'agit d'un marché fragmenté comptant une vingtaine de petits acteurs, mais qui réalisent un chiffre d'affaires de 2,1 milliards de dollars environ. En outre, le taux de croissance y est de moitié supérieur (12,5 pour cent contre 8) à celui du marché 'enterprise'."Conséquence pour Business Objects: l'entreprise se voit accoler une image belge (comprenez de PME) tant au niveau organisationnel qu'en termes de produits. C'est ainsi qu'elle crée une activité complètement séparée avec ses propres vendeurs, développeurs, support et donc aussi avec des produits maison. Le nouveau Crystal Decisions sera ainsi déployé en trois phases cette année. Cela concerne pour l'instant la 'Standard Edition', mais la 'Professional Edition' sera également disponible au deuxième trimestre, alors que la 'Premium Edition' est prévue pour fin 2007.D'ici la fin de l'année, BO disposera donc d'un produit évolutif permettant des développements progressifs. Son prix de base de 20.000 euros est, il faut le dire, très agressif. Il peut fluctuer en fonction du nombre d'utilisateurs et de la version. "L'investissement déjà consenti ne sera jamais perdu parce que le client qui veut mettre à niveau, ne paiera que la différence entre sa première version et la nouvelle", explique Rowe.Le segment supérieur du marché intermédiaire sera en partie couvert de manière directe et en partie via des VAR ('value added resellers'). Pour le segment moyen, BO Belgique a engagé quelqu'un qui se chargera des téléventes, mais les VAR y joueront aussi un rôle en vue. Et pour la base du marché, BO travaillera avec des 'channel partners', mais prévoit aussi une version OEM. "Conjointement avec ces partenaires, nous devrions à brève échéance avoir élaboré tout un catalogue d'applications pour des secteurs déterminés", ajoute encore Rowe, "à plus long terme, des applications spécifiquement européennes, voire spécifiquement belges devraient venir s'y ajouter."Davantage d'informations dans Data News n° 7, qui paraîtra le 23 février.

Nos partenaires