Bull Belux croît encore, mais plus lentement

17/02/10 à 10:30 - Mise à jour à 10:29

Source: Datanews

L'entreprise française de services ICT Bull a enregistré une nouvelle croissance au Belux. Mais il ne s'agit pas d'une hausse à deux chiffres, comme le prévoyait l'année dernière encore Saskia Van Uffelen, CEO Belux.

L'entreprise française de services ICT Bull a enregistré une nouvelle croissance au Belux. Mais il ne s'agit pas d'une hausse à deux chiffres, comme le prévoyait l'année dernière encore Saskia Van Uffelen, CEO Belux.

En cette période de crise, Bull a certes connu quelques petits couacs, mais il faut cependant reconnaître que l'entreprise résiste plutôt bien. Son chiffre d'affaires consolidé pour 2009 a reculé de 2 pour cent à 1,11 milliard d'euros. Pourtant, affirme l'entreprise, si l'on ne considère que les activités de base (qui représentent 93 pour cent du chiffre d'affaires), le chiffre d'affaires a légèrement grimpé. Ce qui est étonnant, c'est que la branche 'services and solutions' a régressé de 2 pour cent, alors que la division 'hardware and systems solutions' a crû de pas moins de 5,8 pour cent. Ce dernier point est d'autant plus étonnant que ce marché accuse un net recul au niveau mondial.

L'EBIT a diminué de 30 millions d'euros à 27,6 millions d'euros, "mais a quand même dépassé l'objectif des 25 millions d'euros". Le bénéfice net s'est établi à 1,4 million d'euros contre 5,6 millions d'euros l'année précédente.

Pour la filiale Belux, Saskia Van Uffelen, CEO, avait l'an dernier évoqué de manière étonnante une croissance à deux chiffres. Tel n'a donc pas été le cas, mais le chiffre d'affaires a quand même progressé de quelque 8,5 pour cent à 57,5 millions d'euros. L'EBIT s'est distingué lui aussi, puisque les 1,7 million d'euros de 2009 représentent une hausse d'un tiers par rapport aux 1,3 million d'euros de 2008.

Pour cette année, le groupe Bull table sur un EBIT compris entre 35 et 40 millions d'euros. Il n'envisage pas encore une amélioration du climat économique, surtout pas au premier semestre de 2010.

En savoir plus sur:

Nos partenaires