Bluetooth au tribunal

04/01/07 à 00:00 - Mise à jour à 03/01/07 à 23:59

Source: Datanews

Se basant sur le fruit de recherches datant d'il y a 10 ans, une fondation agissant pour l'Université de l'Etat de Washington, traîne Samsung, Nokia et Matsushita (Panasonic) en justice pour violation d'une série de brevets liés à Bluetooth.

Ce n'est pas la première fois que l'un ou l'autre aspect de la technologie de transmission sans fil à courte distance Bluetooth fait l'objet d'une plainte en justice pour violation de brevets. Mais cette fois, l'action semble être prise davantage au sérieux.Washington Research Foundation (WRF), un organisme qui défend la propriété intellectuelle de l'Université de l'Etat de Washington (Seattle), prétend que trois géants du GSM (Nokia, Samsung et Panasonic) viole quatre brevets qui auraient été déposés il y a une dizaine d'années par un certain Ed Suonimen, à peine sorti de l'Université et spécialisé dans les transmissions radio. La violation de brevets se situerait au niveau des processeurs intégrés aux différents appareils Bluetooth. D'après WRF, seul un fabricant de tels processeurs, à savoir la société américaine Broadcom, a accepté de verser une licence à l'Université pour pouvoir exploiter les brevets. Le plaignant reproche en fait à Nokia, Samsung et Panasonic d'acheter leurs processeurs Bluetooth auprès du fabricant britannique Cambridge Silicon Radio (CSR), qui n'a jamais passé d'accord avec les détenteurs des brevets.Une porte-parole de WRF a expliqué à nos collègues de Vnunet.com que la fondation essaie en vain depuis deux ans de trouver un accord avec les trois multinationales incriminées. WRF réclame ni plus ni moins que l'arrêt des ventes des produits Bluetooth concernés, ainsi que des dommages et intérêts qui seraient partagés entre l'Université et Ed Suonimen lui-même.Les bases de la technologie Bluetooth ont été posées dans le milieu des années 90 par Jaap Haartsen, un ingénieur d'Ericsson. La technologie a ensuite été enrichie par d'autres ingénieurs, au sein d'autres entreprises, devenant un standard mondial largement considéré comme du domaine public et donc dépourvu de droits.Selon le Bluetooth Special Interest Group (SIG), le cap du milliard d'appareils dotés de la fonction Bluetooth aurait été franchi en novembre dernier. Bluetooth est davantage présent en Europe (entre 30 et 40% du total des appareils Bluetooth) qu'aux Etats-Unis (entre 15 et 20%).

Nos partenaires