Bill Gates: 'Les robots doivent aussi payer des impôts'

20/02/17 à 14:28 - Mise à jour à 14:27

Bill Gates, le fondateur de Microsoft, est d'avis que les robots doivent payer le même montant d'impôts que les travailleurs humains qu'ils remplacent.

"Ce n'est pas parce qu'un robot ne vit pas au sens où nous l'entendons que les entreprises qui utilisent ce genre de personnel, ne devraient pas payer des taxes comme elles le font avec des travailleurs humains" déclare Gates dans une interview accordée au site web d'actualité numérique Quartz. La perte de revenus fiscaux pour les pouvoirs publics constituerait alors un très gros problème, selon l'ex-directeur de Microsoft.

Gates distingue un futur, où la main d'oeuvre libérée par l'automatisation travaillera dans le secteur des soins de santé et dans l'enseignement, "des domaines de la société, où l'empathie humaine et la compréhension sont essentielles."

Gates et d'autres experts encore prévoient que l'automatisation et la perte d'emplois humains pourraient aller très vite dans certains secteurs. Après le travail en usine et celui à la chaîne, c'est le secteur du transport qui semble être la prochaine étape logique. Mais l'administration, le télémarketing et l'agriculture devraient suivre.

Il va de soi que Gates n'évoque pas ici l'impôt prélevé sur un 'salaire' qu'un robot recevrait et qui est encore et toujours nul. Le salaire d'un robot ou d'une machine serait calculé en fonction de la valeur du travail accompli et c'est sur cette base que le fabricant dudit robot serait taxé.

Le Parlement européen a début de la semaine dernière encore rejeté le prélèvement d'une taxe sur les robots. Contrairement à la proposition de Gates, cette taxe serait payée par les employeurs. Nombreux sont ceux/celles qui estiment que cette mesure n'est pas passée en raison du travail de lobbying de l'International Federation of Robotics (IFR) qui craint que les lignes de productions automatisées existantes coûtent subitement très cher et que l'innovation en robotique soit entravée.

En savoir plus sur:

Nos partenaires