Belgacom ne peut pas (encore) racheter Scarlet

08/07/08 à 11:30 - Mise à jour à 11:29

Source: Datanews

Le Conseil de la Concurrence estime insuffisantes les concessions faites par Belgacom en vue du rachet de Scarlet.

Le Conseil de la Concurrence estime insuffisantes les concessions faites par Belgacom en vue du rachet de Scarlet.

Dès février dernier, Belgacom annonçait sont intention de racheter la firme néerlandaise Scarlet pour la somme de 185 millions d'euros. Une annonce qui a d'emblée valu à Belgacom une avalanche de critiques. Un grand nombre de concurrents craignent en effet que Belgacom ne renforce par là la position dominante qu'elle occupe déjà sur le marché belge des télécoms. Il faut savoir en effet que Scarlet est surtout active en Belgique.

Le 6 mai dernier, le Conseil de la Concurrence a donc décidé de mener une étude complémentaire concernant la reprise. Afin de rendre le 'deal' un peu plus vendable, Belgacom a pu proposer une série de points concrets, censés démontrer au Conseil que l'opération ne risquait pas de porter préjudice à la concurrence. Ces engagements supplémentaires de Belgacom - l'une des propositions les plus tangibles consistaient par exemple à renoncer à toute augmentation des tarifs durant trois ans - ont fait l'objet d'un test de marché.

Le Conseil estime aujourd'hui que les mesures proposées par Belgacom n'offrent pas suffisamment de garanties de maintien de la concurrence. L'auditeur général du Conseil juge les concessions insuffisantes. "Une telle concentration aurait pour effet de freiner considérablement la concurrence effective sur le marché belge en ce sens que Belgacom, qui occupe déjà une position de force dans le secteur, se verrait encore confortée dans sa position" déclare notre homme dans son rapport.

Provisoirement donc, Belgacom n'a pas encore reçu de feu vert pour sa reprise. L'affaire se retrouve à nouveau entre les mains de la chambre du Conseil de la Concurrence, peut-on lire dans le communiqué de presse. A la demande de Belgacom, le délai de décision a d'ailleurs été prolongé jusqu'au 26 septembre.

Nos partenaires