Belgacom exclut 5.000 clients d'E-Leven

14/05/08 à 11:30 - Mise à jour à 11:29

Source: Datanews

Depuis vendredi, quelque 5.000 clients d'E-Leven se retrouvent sans connexion internet, parce que Belgacom a débranché l'infrastructure ADSL2+ louée par cette dernière. La raison? Des retards de paiement chez Belgacom. De son côté, E-Leven fait valoir que Belgacom lui doit encore pas mal d'argent.

Depuis vendredi, quelque 5.000 clients d'E-Leven se retrouvent sans connexion internet, parce que Belgacom a débranché l'infrastructure ADSL2+ louée par cette dernière. La raison? Des retards de paiement chez Belgacom. De son côté, E-Leven fait valoir que Belgacom lui doit encore pas mal d'argent.

Le litige date de l'an dernier déjà, mais il s'est soudainement envenimé, vendredi dernier, après que Belgacom ait débranché l'infrastructure internet d'E-Leven. Selon Jan Margot, porte-parole de Belgacom, c'est tout à fait normal: "Nous leur avions déjà envoyé plusieurs avertissements et avons enclenché correctement la procédure s'appliquant aux mauvais payeurs vendredi dernier, parce que l'endettement ne faisait que s'aggraver."

Selon le porte-parole, E-Leven a déjà été condamnée en avril par le tribunal de commerce à un montant de 155.000 euros. "Mais entre-temps, la dette a déjà dépassé les 400.000 euros. Nous avons été forcés de prendre cette mesure radicale", ajoute Jan Margot. Chez E-Leven, personne n'a apporté de commentaires aujourd'hui, mais leur bureau de communication nous a quand même gratifiés d'une brève réaction. Il appert qu'E-Leven ne dément pas l'existence des factures impayées, mais estime que Belgacom, de son côté, lui doit encore beaucoup d'argent: il est question de quelque 300.000 à 400.000 euros de "rétributions". Pour pouvoir garder la tête hors de l'eau, E-Leven a par conséquent demandé un règlement à Belgacom.

Par ailleurs, Belgacom voulait suspendre ses services à E-Leven en décembre dernier déjà. Le tribunal de première instance avait cependant interdit à Belgacom de couper les lignes. Le juge avait en la circonstance tenu compte de la recommandation de l'IBPT qui déclarait prudemment que "la possibilité existe que les revendications d'E-Leven soient fondées (...), mais qu'il faut examiner d'autres informations encore données par les deux parties". L'IBPT se réunirait en urgence et émettrait aujourd'hui encore un jugement en la matière. En attendant, quelque 5.000 clients ADSL2+ d'E-Leven se retrouvent sans internet et parmi eux les nombreux étudiants en kot à Louvain La Neuve et un grand nombre de connexions sur le campus de l'ULB.

Nos partenaires