Au bout de trois semaines, Trump veut réhabiliter ZTE, qu'il avait pourtant bannie

14/05/18 à 12:26 - Mise à jour à 12:25

Source: Datanews

A peine quelques semaines après que les Etats-Unis ont banni l'entreprise chinoise ZTE, le président Trump annonce via Twitter qu'il recherche une solution conjointement avec la Chine.

Au bout de trois semaines, Trump veut réhabiliter ZTE, qu'il avait pourtant bannie

© Reuters

ZTE, l'un des principaux producteurs de smartphones et d'équipement réseau au monde, avait été notifiée fin avril par les Etats-Unis qu'elle ne pourrait plus commercer avec des firmes américaines et ce, pendant sept ans. Elle était ainsi sanctionnée pour avoir revendu à l'Iran de la technologie et des produits américains.

Ces sanctions impactent fortement ZTE, qui est entre autres dépendante des fabricants de puces Qualcomm et Intel, mais aussi d'Alphabet, la société à l'initiative d'Android.

Dans deux tweets étonnants, le président américain Donald Trump révèle à présent qu'il prépare une solution conjointement avec la Chine, en vue de remettre ZTE en selle, mais aussi que des négociations de ce genre se terminaient dans le passé trop souvent en faveur de la Chine.

La Maison Blanche confirme à l'agence Reuters que les Etats-Unis ont pris contact avec la Chine à propos des sanctions infligées à ZTE. Le ministre américain du commerce Wilbur Ross examinerait l'affaire de près.

Suite à son bannissement, ZTE avait déjà fait savoir qu'elle ne comprenait pas la façon de faire américaine. C'est ainsi que l'entreprise aurait tout fait pour éviter ce genre de sanctions et elle se plaint du fait que les Etats-Unis avaient déjà pris leur décision, avant même qu'elle puisse se défendre. La semaine dernière encore, ZTE avait annoncé qu'en 2017, elle avait versé quelque 2,3 milliards de dollars à 211 firmes américaines.

L'affaire ZTE est ainsi passée du stade de petit litige lié à des intérêts commerciaux à celui de facteur de premier plan dans la guerre commerciale que se livrent les Etats-Unis et la Chine. Il est possible que le gouvernement Trump ait à présent pris conscience qu'il avait frappé fort en sanctionnait de la sorte ZTE à court terme, car le risque est grand que cette dernière recherche dorénavant des partenaires en dehors des Etats-Unis.

Nos partenaires