Atos Origin met son chiffre d'affaires sur le bon rail

31/01/08 à 10:00 - Mise à jour à 09:59

Source: Datanews

Vu ses résultats provisoires, le géant des services IT Atos Origin a toutes les raisons d'être satisfait. L'entreprise annonce en effet une croissance de son chiffre d'affaires qui correspond complètement à ses attentes. Sa croissance organique a même été un peu supérieure.

Vu ses résultats provisoires, le géant des services IT Atos Origin a toutes les raisons d'être satisfait. L'entreprise annonce en effet une croissance de son chiffre d'affaires qui correspond complètement à ses attentes. Sa croissance organique a même été un peu supérieure.

Alors que récemment encore, les fonds d'investissements Centaurus et Pardus Capital [tapaient sur la table] afin de plaider pour une vente d'Atos Origin, et que l'entreprise ne se montrait pas sous son meilleur jour dans des articles de presse relatifs à une [inquiétude sociale dans sa branche belge, notamment], la voici qui redresse la barre en présentant ses résultats. Cette année, son chiffre d'affaires semble en tout cas croître de nouveau comme il se doit.

Le chiffre d'affaires annuel d'Atos Origin a en effet crû de 8,5 pour cent, comme l'entreprise l'avait prévu, pour s'établir à 5,85 milliards d'euros. Sa progression organique a été de 4,3 pour cent, alors qu'elle avait tablé sur 4 pour cent. Systems Integration et Managed Operations, les deux branches d'activités principales de l'entreprise, ont crû respectivement de 4,3 pour cent (à 2,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires) et de 14,9 pour cent (à 3,15 milliards d'euros de chiffre d'affaires). La division Consulting, qui ne représente que 360 millions d'euros de chiffre d'affaires, a régressé, elle, de 11,2 pour cent. Mais comme la société avait déjà pris des mesures en vue d'améliorer les performances de cette activité, Atos Origin table désormais sur un net redressement.

Atos Origin ne publiera ses résultats complets que le 15 février. L'on attend surtout de voir ce qu'il en sera de sa rentabilité. L'année précédente, l'entreprise avait profondément plongé dans le rouge en rachetant Banksys et BCC (aujourd'hui Atos Worldline) dans notre pays.

Nos partenaires