ASML s'empare d'un fournisseur américain de photolithographie

17/10/12 à 13:48 - Mise à jour à 13:48

Source: Datanews

Le fabricant néerlandais de machines à puces ASML rachète le fournisseur de photolithographie Cymer.

ASML s'empare d'un fournisseur américain de photolithographie

Le fabricant néerlandais de machines à puces ASML rachète le fournisseur de photolithographie Cymer. ASML reprend l'entreprise américaine en échange d'espèces et d'actions, pour un montant total estimé pour l'instant à 1,95 milliard de dollars (1,5 milliard d'euros). Voilà ce qu'a annoncé ASML ce mercredi lors de la présentation de ses résultats trimestriels.

Avec ce rachat, ASML entend accélérer le développement des toutes nouvelles machines qui exploitent la lumière ultraviolette extrême (EUV). "Nous avons connu des problèmes de retard au niveau de notre technologie EUV. Cela est principalement dû aux délais imposés par Cymer", a déclaré Peter Wennink, le directeur financier d'ASML, dans un communiqué.

Selon lui, le rachat générera une plus grande efficience dans la recherche et le développement. "Nous allons aussi pouvoir simplifier la chaine d'approvisionnement", a ajouté Wennink.

Au troisième trimestre, ASML a enregistré un chiffre d'affaires d'1,23 milliard d'euros, qui est quasiment similaire à celui du deuxième trimestre. Le bénéfice net régresse légèrement pour passer de 292 millions à 275 millions d'euros. Les nouvelles commandes ont été mises sous pression, surtout en raison d'un recul de la demande de la part des fabricants de puces de mémoire. Ceux-ci pâtissent des conditions économiques mondiales difficiles, alors que la demande chez les constructeurs de tablettes et de smartphones reste relativement forte. En tout, les commandes, hors EUV, ont représenté 831 millions d'euros au troisième trimestre.

Le groupe prévoit pour le quatrième trimestre un chiffre d'affaires d'1 milliard d'euros environ, ce qui ferait que le chiffre d'affaires du second semestre de l'année s'établirait à la limite inférieure de la fourchette précédemment annoncée de 2,2 à 2,4 milliards d'euros. Pour 2013, l'entreprise n'ose pas encore faire de prévisions en raison de l'incertitude macro-économique et des problèmes que connaissent les fabricants de puces de mémoire.

Source: Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires