Apple, Google, Facebook,... exigent une réforme de la loi américaine après le scandale NSA

09/12/13 à 14:06 - Mise à jour à 14:06

Source: Datanews

Huit géants technologiques américains, dont Google, Facebook et Apple, ont envoyé à Barack Obama une lettre ouverte dans laquelle ils demandent de limiter autant que possible l'espionnage des citoyens.

Apple, Google, Facebook,... exigent une réforme de la loi américaine après le scandale NSA

"Nous comprenons que les gouvernements aient le devoir de protéger leurs citoyens. Mais tout ce qu'Edward Snowden a dévoilé cet été, démontre qu'il est urgent de réformer le contrôle des autorités au niveau mondial", peut-on lire dans la lettre ouverte signée non seulement par Apple, Google et Facebook, mais aussi par Aol, Twitter, LinkedIn, Yahoo! et Microsoft.

"Dans beaucoup de pays, la balance penche trop du côté de l'Etat au détriment des droits individuels fixés dans notre Constitution (américaine, ndlr.). Cela sape les libertés qui nous sont si chères. Il est temps de changer."

Sur un site web commun, les entreprises mettent en exergue cinq principes à prendre en compte pour réformer le contrôle des autorités. Elles demandent notamment de ne plus rapatrier massivement les données de communication d'internet, mais de limiter les efforts aux données de suspects spécifiques.

Cette initiative a été prise, après que ces derniers mois, l'on a vu se manifester quasiment sans interruption des révélations à propos de pratiques d'espionnage de la part du service secret américain NSA. C'est ainsi que par le biais du programme Prism, des informations ont aussi été extraites des centres de données de plusieurs entreprises qui ont signé cette lettre ouverte.

En écrivant celle-ci, les entreprises en question tentent également de restaurer la confiance de leurs clients. "Les gens n'utiliseront plus les technologies dans lesquelles ils n'ont pas confiance", déclare Brad Smith, directeur juridique de Microsoft. "Les gouvernements ont ébranlé cette confiance et doivent maintenant nous aider à la restaurer." (Belga/MI)

En savoir plus sur:

Nos partenaires