Apple échappe à une taxe de 59 milliards

08/10/15 à 13:19 - Mise à jour à 13:19

Cisco, Google, HP et Oracle ne sont que quelques-unes des entreprises américaines à échapper à une taxe pour avoir conservé du capital à l'étranger, mais c'est Apple qui tient le pompon, selon un nouveau rapport.

Apple échappe à une taxe de 59 milliards

Apple-CEO Tim Cook © Reuters

En tout, la communauté américaine passe annuellement à côté de 90 milliards de rentrées, du fait que ses multinationales passent par les mailles du filet légal en conservant une partie importante de leur chiffre d'affaires auprès de leurs filiales bénéficiant d'un climat fiscal favorable.

Apple est dans ce contexte l'entreprise qui échappe le plus à l'emprise des impôts américains en mettant à couvert à l'étranger un montant de 181,1 milliards de dollars. Elle évite ainsi un prélèvement de 59,2 milliards de dollars. Ces chiffres émanent de Citizens for Tax Justice, un groupe de défense des intérêts citoyens. Dans les pays lui offrant des avantages fiscaux, Apple ne verse actuellement que 2,3 pour cent d'impôts sur les bénéfices qu'elle engrange en dehors des Etats-Unis.

"La non-perception annuelle de 90 milliards de dollars de rentrées fiscales potentielles est une affaire très grave", déclare un professeur de la George Washington University à Ars Technica. Et de citer plusieurs programmes d'enseignement américains qui ne peuvent être appliqués en raison des mesures d'économie qui n'auraient pas été nécessaires, si les entreprises en question remplissaient simplement leurs obligations. Par comparaison, le budget néerlandais total pour 2016 est de 262 milliards d'euros (295 milliards de dollars)

Microsoft et Google dans le même bateau

Microsoft est aussi la cible du groupe de défense des intérêts citoyens. Entre 2007 et 2014, son capital planqué à l'étranger est passé de 7,5 à 108,3 milliards de dollars. Microsoft occupe ainsi la troisième place sur la liste des entreprises échappant au fisc américain avec un montant de 34,5 milliards de dollars non versés. Les multinationales concernées camouflent du reste toujours mieux leurs méthodes. En 2009, Google annonçait encore qu'elle disposait de 25 filiales dans des pays jouissant d'un climat fiscal favorable. En 2010, il n'y en avait plus que deux, mais d'une enquête scientifique effectuée en 2012, il apparaissait que les 23 autres étaient encore actives à l'époque.

Source: Automatiseringgids

En savoir plus sur:

Nos partenaires