Apple adapte ses règles pour les 'loot boxes'

22/12/17 à 13:24 - Mise à jour à 13:24

Source: Datanews

Apple a adapté ses règles pour les jeux mobiles dans son magasin d'applis, afin de rendre plus transparentes ce qu'on appelle les 'loot boxes' (pochettes-surprises ou coffrets à butin).

Apple adapte ses règles pour les 'loot boxes'

. © .

Le tumulte causé par les 'loot crates' ne date pas d'hier au pays des jeux. Les jeux informatiques, tant les classiques qu'on achète que ceux mobiles à télécharger souvent gratuitement, utilisent ces coffrets/pochettes comme une solution supplémentaire pour faire rentrer de l'argent dans les caisses. Les joueurs achètent une pochette-surprise avec de l'argent bien réel ou avec une monnaie 'in-game' qu'ils collectent par exemple tout en jouant. Dans cette pochette, ils trouvent alors un butin aléatoire prenant souvent la forme de trucs servant dans le monde des jeux. Un peu comme un billet à gratter en quelque sorte, ce qui explique pourquoi même le ministre Koen Geens s'est déjà prononcé en défaveur du système.

Or voici qu'Apple tente à présent de rendre cette pratique plus stricte. Dans ses règles pour les développeurs, l'entreprise a stipulé que les jeux doivent mentionner précisément le pourcentage de chances que certains éléments se trouvent bien dans ce genre de pochette-surprise, et il faut que ce pourcentage soit parfaitement visible par l'utilisateur avant l'achat. Pas mal de jeux, comme par exemple le jeu de rythme populaire Love Live, le font du reste depuis longtemps déjà.

La faute à Star Wars

Le débat à propos des 'loot crates' a, il y a quelques semaines, attiré l'attention du grand public à cause du jeu Star Wars Battlefront 2. Ce jeu, pour lequel les gens déboursent déjà une soixante d'euros, a fait l'objet de très nombreuses critiques de la part des joueurs, parce que le déblocage de personnages populaires prend énormément de temps. Cela ne peut être évité qu'en payant encore pour acquérir des pochettes-surprises, ce qui n'est pas du tout du goût de l'éditeur EA. Il en résulte que cette pratique est à présent examinée à la loupe sur d'autres plates-formes.

En savoir plus sur:

Nos partenaires