Ansem reprend les actifs d'AsicAhead

04/09/08 à 11:10 - Mise à jour à 11:09

Source: Datanews

AsicAhead, le concepteur hasseltois-roumain de puces radio, est liquidé. L'entreprise louvaniste Ansem a racheté ses actifs. Tout comme AsicAhead, Ansem conçoit des circuits analogiques et numériques pour les applications de communication.

AsicAhead, le concepteur hasseltois-roumain de puces radio, est liquidé. L'entreprise louvaniste Ansem a racheté ses actifs. Tout comme AsicAhead, Ansem conçoit des circuits analogiques et numériques pour les applications de communication.

"Nous avons convenu de ne pas citer de montant", déclare le liquidateur Paul Van der Putten de Stibbe à propos de la transaction. En Roumanie, AsicAhead disposait encore de 5 développeurs qui vont à présent travailler pour Ansem. Stefan Gogaert, le CEO d'Ansem, dans laquelle Imec dispose d'une participation, n'a pas voulu confirmé l'information.

Cette liquidation met fin à l'aventure de Joan Ceuterick (ex-InnoCom Wireless) et de Frank Op 't Eynde (ex-Alcatel) de braquer les spots sur la Flandre en matière de Wimax, le successeur de Wifi. Ils avaient fondé AsicAhead en 2003 en Roumanie. AsicAhead avait pour tâche de développer une puce radio programmable bon marché, susceptible d'être utilisée dans l'ensemble du spectre fréquentiel de Wimax.

Etant donné le climat d'investissements rigoureux de 2003, les fondateurs s'acquittèrent eux-mêmes d'une bonne partie des premiers développements. Forts de leurs puces de test, ils reçurent le soutien de l'IWT flamand et 2 millions de capital risque de Leo Billion, Jos Verjans, de la Limburgse Reconversiemaatschappij (LRM), d'Allegro et de quelques autres investisseurs. En novembre 2006, ils recueillirent 4 millions supplémentaires, surtout de Capital-E Arkiv. C'est au début 2007 déjà que se manifestèrent de sérieux problèmes. Un nouveau directeur technique et un nouveau CEO - Luc De Mey, un intime d'Imec - ne purent inverser la tendance. La concurrence dépassa AsicAhead. Une dernière phase de capitalisation d'1,2 million, début 2008, n'a donc pas permis de sauver les meubles.

Source: Trends.be

Nos partenaires