Aigo veut amener les entreprises technologiques chinoises à Bruxelles

25/10/11 à 13:21 - Mise à jour à 13:21

Source: Datanews

Le directeur du géant de l'électronique à la consommation Aigo Digital Technology installé à Beijing est convaincu que les entreprises chinoises veulent aussi se fixer à Bruxelles. Dans ce but, le CEO d'Aigo, Jun Feng, a même conclu un partenariat avec Brussels Invest and Export, annonce de Pékin Benoît Cerexhe (cdh), le ministre bruxellois de l'Economie. Selon Cerexhe, Jun Feng a rallié autour de lui quelque 200 entreprises et recherche des ouvertures sur le marché international. L'homme serait aussi déjà venu plusieurs fois à Bruxelles. Pour lui, il est possible que pas moins de vingt acteurs chinois s'installent à brève échéance dans ce qu'on appelle 'l'incubateur' que la région bruxelloise a mis en place pour les entreprises chinoises à Neder-Over-Heembeek.

Aigo veut amener les entreprises technologiques chinoises à Bruxelles

Le directeur du géant de l'électronique à la consommation Aigo Digital Technology installé à Beijing est convaincu que les entreprises chinoises veulent aussi se fixer à Bruxelles. Dans ce but, le CEO d'Aigo, Jun Feng, a même conclu un partenariat avec Brussels Invest and Export, annonce de Pékin Benoît Cerexhe (cdh), le ministre bruxellois de l'Economie. Aigo fabrique depuis 1993 des produits électroniques à la consommation. L'entreprise compte 1.900 collaborateurs et 17 divisions à Beijing, mais aussi à Hongkong, Singapour, en France et aux Etats-Unis.

Selon Cerexhe, Jun Feng a rallié autour de lui quelque 200 entreprises et recherche des ouvertures sur le marché international. L'homme serait aussi déjà venu plusieurs fois à Bruxelles. Pour lui, il est possible que pas moins de vingt acteurs chinois s'installent à brève échéance dans ce qu'on appelle 'l'incubateur' que la région bruxelloise a mis en place pour les entreprises chinoises à Neder-Over-Heembeek.

Dans le cadre de la mission économique placée sous la direction du Prince Philippe, Cerexhe accompagne 55 entreprises bruxelloises. Le ministre quitte ce mardi Pékin à destination de Shenzhen, une ville distante de 35 kilomètres de la région semi-autonome de Hongkong. Il y visitera d'autres entreprises qui, selon lui, sont sur le point de se fixer à Bruxelles.

Par ailleurs, plusieurs sources fiables signalent que le producteur chinois d'infrastructures télécoms Datang serait également intéressé par le marché européen au départ de notre pays, plus précisément de la Wallonie. Le fournisseur chinois recherche aussi des ouvertures sur le marché international et mènerait depuis un certain temps déjà des négociations avec l'Awex (l'Agence Wallonne à l'Exportation et aux Investissements étrangers).

Nos partenaires