Agoria et l'industrie papetière se querellent au sujet du rapport annuel numérique

Stefan Grommen

22/07/2010 - 13:47

Agoria a expliqué que le choix d’un rapport annuel purement numérique était lié à la réduction de son empreinte écologique et le Paper Chain Forum ne le digère pas.

La polémique débute après l’envoi du rapport annuel – dorénavant uniquement numérique – de la fédération de l’industrie technologique, Agoria. La fédération explique ce choix dans une lettre, par la voix de l’administrateur délégué Paul Soete. D’après Agoria, il s’agissait, d’une part, d’un choix en vue d’une plus grande efficacité - entendez: la liaison plus simple du multimédia au rapport – et, d’autre part, d’un choix visant une approche sociétalement responsable. “Une version électronique de notre rapport d’activité réduit considérablement notre empreinte écologique (…)”, conclut Soete dans le dernier paragraphe.

Cette phrase a apparemment l’effet d’un chiffon rouge sur un taureau pour l’industrie papetière qui s’est réunie sur le Paper Chain Forum. Cette organisation a justement comme mission “la diffusion de l’information sur la relation entre le papier et l’environnement, dans le sens le plus large du terme.” Suite à quoi le secrétaire général Marc Van den Eynde et le président Firmin François se sont emparé de leur stylo et ont envoyé une lettre d’indignation à Agoria.

Dans leur lettre, ils font référence au fait que l’utilisation des médias électroniques aussi a un impact sur notre environnement. Que la production de matériel électronique, la consommation d’énergie et le recyclage laissent leur propre empreinte écologique. Et qu’une étude suédoise a démontré que lire un document en ligne pendant trente minutes a davantage d’impact sur le climat que lire la version papier. “Nous voulons nous opposer à toute forme de communication uniquement basée sur le ‘greenwashing’ (procédé par lequel une organisation donne une image plus verte ou plus sociétalement responsable que ce qu’elle est réellement, ndlr)”, ainsi se termine la lettre.

La réponse d’Agoria ne s’est pas fait attendre. La fédération déclare d’abord qu’aussi bien le canal électronique que le papier ont leur place et que le papier est et reste un matériau important. “Mais selon nous, ce n’est quand même pas une raison pour utiliser ce matériau précieux sans tenir compte de toutes les conséquences écologiques qu’entrainent la production et le transport.”

Selon Agoria, l’étude à laquelle fait référence le Paper Chain Forum est sponsorisée par STFI-Packforsk, un institut de recherche de l’industrie papetière. En outre, on peut apparemment en conclure que lire un document en ligne pendant moins de 30 minutes est donc plus écologique qu’en lire la version papier. “Et la durée moyenne de lecture de notre rapport annuel est plus proche des 10 minutes que des 30.” Et, poursuit la lettre, c’est sans tenir compte des nombreux destinataires qui jettent le rapport à la poubelle sans le lire. “Quand un rapport électronique se retrouve dans la corbeille sans avoir été lu, l’impact écologique est quasi nul.”

Agoria conclut que le choix d’une version électronique du rapport annuel n’était pas une attaque contre le papier et qu’“il est injuste de nous accuser de ‘greenwashing’”.

Qu’en pensez-vous? Faites-nous part de votre réaction ci-dessous!

Les infos de DataNews aussi via Facebook

Plus sur: ,

 

Réactions

dewasg | 25 juillet 2010

"l’étude à laquelle fait référence le Paper Chain Forum est sponsorisée par STFI-Packforsk" OH ! Il y a des gens qui sponsorisent des études scientifiques pour conforter leurs intérêts économiques ! Ca veut dire qu'on rédige d'abord les conclusions et puis qu'on fait l'étude ? :-)))))

Inapproprié?

 

Réagir

 

Whitepapers

 
 

Nous vous recommandons aussi