Adieu, Nico!

18/10/07 à 12:00 - Mise à jour à 11:59

Source: Datanews

L'année scolaire prochaine, les collaborateurs du CLB (Centrum voor leerlingenbegeleiding) seront orphelins. Leur projet IT malade, Nico, est en effet condamné par le ministre flamand de l'enseignement, Frank Vandenbroucke.

L'année scolaire prochaine, les collaborateurs du CLB (Centrum voor leerlingenbegeleiding) seront orphelins. Leur projet IT malade, Nico, est en effet condamné par le ministre flamand de l'enseignement, Frank Vandenbroucke.

En septembre dernier, [nous évoquions dans ces colonnes la maladie qui touchait depuis quelque 5 ans le projet IT Nico du CLB]. Au moyen de cette application, le CLB allait pouvoir enregistrer et échanger les données psychiques, pédagogiques et médicales des élèves. Et pour les autorités, ces données devaient constituer un instrument stratégique. Mais la solution de l'éditeur de logiciels Cronos n'a jamais pu répondre à ces attentes. Même si l'asbl de gestion Nico avait encore consenti quelques efforts au cours de l'année scolaire passée en vue de sauver le projet, Frank Vandenbroucke, le ministre flamand de l'enseignement, vient de décider de tout arrêter à partir de l'an prochain. Ce projet a coûté 6 millions EUR au minimum. Jusqu'à l'année scolaire prochaine, Nico pourra encore être utilisé, mais de manière limitée.

La décision de Vandenbroucke a été prise sur les conseils du groupe IT EDS-Telindus. "Nico ne peut être actualisé pour atteindre les objectifs visés que moyennant de substantiels adaptations et investissements, affirme le duo. Il est donc préférable de le remplacer par un modèle plus simple et plus performant qui soit capable de réaliser les buts poursuivis." Vandenbroucke mise à présent sur ces deux entreprises, dans le cadre du contrat IT flamand, pour mettre en oeuvre une nouvelle application dès l'année scolaire prochaine: "Ce qui a été fait pour le projet Nico sera exploité au maximum lors du développement du nouveau système, compte tenu des avantages et des inconvénients mis en lumière par les recommandations.". Il examine aussi comment les données de l'application Nico pourront être transférées.

Pour aller jusqu'au bout de cette année avec Nico et pour mener à bien la transition vers le nouveau projet, le ministre prévoit 240.000 EUR et 1,5 équivalent temps plein (FTE). Chez le syndicat chrétien de l'enseignement (COC), on fronce les sourcils. "Ce n'est pas de l'argent frais, mais des fonds libérés suite à la suppression de quelques emplois de gratte-papier, et que nous pensions consacrer à Nico, explique la secrétaire nationale Marleen Gysels. En outre, nous disposions avant de 5 FTE contre 1,5 seulement à présent. Le ministre ne peut injecter cet argent comme cela dans une nouvelle application. Nous voulons en discuter avec lui."

Même si la satisfaction est de mise quant à l'arrivée d'une nouvelle application, Gysels conserve un arrière-goût amer à propos de Nico: "Les membres de l'assemblée générale de l'asbl portent, selon nous, une lourde responsabilité dans l'échec du projet. Contrairement à ce que d'aucuns prétendent, rares étaient ceux qui n'y croyaient pas au CLB. Sur le plan du matériel p. ex., nous avons énormément progressé grâce à Nico. Le hic, c'était que le logiciel ne fonctionnait pas et que nos plaintes n'étaient pas prises au sérieux."

Le transfert vers EDS-Telindus est néanmoins un saut dans l'inconnu. Le contrat-cadre IT flamand sera en effet de nouveau attribué en novembre. Si ce n'est pas EDS-Telindus qui le décroche, mais bien l'autre groupe Accenture-Dimension Data, le reste de l'année scolaire sera consacré à la transition vers le nouveau fournisseur de services. Une nouvelle application CLB se fera alors attendre.

Nos partenaires