'Accuser la Russie est devenu un sport': le Kremlin dément avoir lancé une cyber-attaque contre la maison Blanche

09/04/15 à 14:08 - Mise à jour à 14:08

Le Kremlin dément que les autorités russes se soient infiltrées dans le réseau informatique de la Maison Blanche.

'Accuser la Russie est devenu un sport': le Kremlin dément avoir lancé une cyber-attaque contre la maison Blanche

© Reuters

La station américaine d'actualité CNN avait annoncé sur base d'informations émanant de fonctionnaires gouvernementaux que des pirates avaient eu accès à des renseignements sensibles, comme des détails non-publics de l'agenda du président Barack Obama. Selon les sources non nommément citées de CNN, il y aurait de fortes présomptions pour que ce soit l'oeuvre de pirates travaillant pour le compte des autorités russes, mais Moscou le dément, comme l'indique l'agence de presse russe RIA Novosti.

Lors d'une conférence de presse, le porte-parole du gouvernement russe Dmitry Peskov a réagi de manière cynique: 'Nous savons que c'est devenu un sport que d'accuser la Russie de tous les maux'. Et de réfuter les accusations américaines, avant d'ajouter que le système informatique du Kremlin est attaqué des centaines de fois par jour.

Opposition russe

Au journal The Moscow Times, Andrei Soldatov, rédacteur en chef d'Agentura.ru, un site d'actualité spécialisé en (cyber-)sécurité, a déclaré qu'il soupçonnait pourquoi les Américains s'en prenaient à la Russie.

'Selon moi, tout semble indiquer que cette cyber-attaque fait partie d'une opération plus vaste appelée "Pawn Storm", qui est en cours depuis des mois déjà et qui a déjà visé plusieurs membres de l'opposition russe.'

Codes

La Maison Blanche avait en octobre dernier déjà annoncé des 'activités suspectes' dans son réseau non-secret. Le système fut ensuite interrompu temporairement à quelques reprises pour renforcer sa sécurité.

Toujours selon CNN, les pirates s'étaient d'abord introduits dans le système informatique du ministère des Affaires Etrangères. Avec un courriel expédié de là, ils ont ensuite pu lancer la cyber-attaque contre la Maison Blanche. Les codes utilisés notamment indiquaient que les pirates travaillaient pour les autorités russes, selon CNN.

(KVDA)

En savoir plus sur:

Nos partenaires