9.000 noms de domaine .eu détournés ont été retirés

15/09/11 à 12:06 - Mise à jour à 12:06

Source: Datanews

EURid, le gestionnaire du domaine de top level européen .eu, a retiré 9.000 noms de domaine .eu qui avaient été enregistrés de mauvaise foi par une étudiante chinoise. Olivier Strelli, Arcelor et l'aéroport de Charleroi notamment étaient concernés.

9.000 noms de domaine .eu détournés ont été retirés

EURid, le gestionnaire du domaine de top level européen .eu, a retiré 9.000 noms de domaine .eu qui avaient été enregistrés de mauvaise foi par une étudiante chinoise. Olivier Strelli, Arcelor et l'aéroport de Charleroi notamment étaient concernés. En 2006, EURid constatait que les règles avaient été enfreintes lors de l'enregistrement de 9.000 noms de domaine .eu. Que s'était-il passé? Une étudiante chinoise futée, Miss Zeng, avait inventé un système lui permettant d'enregistrer automatiquement les noms de domaine d'entreprises et de particuliers, dont la demande avait été refusée durant la période dite sunrise de .eu. L'étudiante avait saisi sa chance lors du déblocage de ces noms par EURid.

Arcelor, Thomas Cook et Bentley notamment étaient concernés, tout comme le cabinet d'avocats belge Dal & Veldekens et même Jamie Oliver. Deux options s'offraient alors à toutes ces parties: entreprendre une action juridique ou racheter le nom de domaine .eu à l'étudiante chinoise qui avait à ce moment une adresse en Grande-Bretagne.

"1.000 entreprises et organisations au moins ont versé à Miss Zeng des centaines, voire des milliers d'euros pour pouvoir disposer de leur nom de domaine .eu", déclare Tom Heremans, l'avocat d'EURid. Pour le nom de domaine de l'opérateur télécoms polonais Ericpol, l'étudiante aurait exigé pas moins de 30.000 euros.

Peu après et à la demande d'une série de parties concernées, EURid intenta un procès à Miss Zeng. Le registry bloqua aussi les adresses .eu que la Chinoise avait fait enregistrer. Un arrêté du 21 septembre 2010 de la Cour d'appel de Bruxelles donna raison à EURid.

La Cour argumenta que les noms de domaine .eu avaient été enregistrés de mauvaise foi et qu'ils devaient être retirés. "Le fait qu'il a fallu attendre jusqu'à aujourd'hui pour qu'EURid puisse effectivement retirer les noms de domaine, est dû au fait que Miss Zeng avait subitement disparu", ajoute encore Heremans, "et parce qu'il fallait attendre le jugement en Cassation."

Les noms de domaine 'retirés' demeureront à présent 40 jours en quarantaine, après quoi ils seront de nouveau libérés pour enregistrement pendant une période de 48 heures en date du 24 octobre (selon le principe du 'premier arrivé, premier servi').

Depuis 2005, 3.409.431 noms de domaine .eu ont déjà été enregistrés en tout par plus de 850 registrars accrédités dans 27 pays européens.

En savoir plus sur:

Nos partenaires