170 Belges s'associent à la plainte déposée à l'encontre de Facebook

05/08/14 à 14:02 - Mise à jour à 14:02

Source: Datanews

Quelque 170 Belges adhèrent à un procès intenté contre Facebook par l'activiste en respect de la vie privée Max Schrems. Ce dernier estime que le site social ne respecte pas la législation européenne en matière de confidentialité.

170 Belges s'associent à la plainte déposée à l'encontre de Facebook

© Belga

Quelque 170 Belges ont adhéré ces derniers jours à une plainte déposée à l'encontre de Facebook pour non-respect de la vie privée. Voilà ce que déclare l'initiateur même, à savoir l'activiste autrichien en la matière Max Schrems qui a introduit cette plainte auprès du tribunal de commerce de Vienne. A l'entendre, il représente déjà plus de 12.000 utilisateurs de Facebook composés pour moitié d'Allemands et d'Autrichiens.

Vendredi dernier, Schrems a invité les utilisateurs de Facebook à se joindre à sa plainte. Cela peut se faire au moyen d'un formulaire se trouvant sur le site web www.fbclaim.com. Seuls les adultes habitant en dehors du Canada et des Etats-Unis sont pris en considération. Les Américains et les Canadiens se trouvent en effet sous contrat avec Facebook USA, tandis que le reste du monde dépend de la filiale Facebook Ireland.

Schrems se tourne vers la Justice, parce qu'il trouve que Facebook contrevient à la législation européenne en matière de respect de la vie privée. Et de faire référence notamment au soutien donné par le site de socialisation au programme d'espionnage américain Prism, à l'échange illégal de données avec des applis externes et au "tracking" (suivi) sur d'autres sites web par le biais du bouton "J'aime" bien connu. Pour chaque utilisateur, Schrems réclame un dédommagement symbolique de 500 euros.

Selon l'initiateur de la plainte, les participants ne courent aucun risque direct du fait que tous les coûts et aléas juridiques sont à mettre au compte de l'activiste même. ROLAND ProzessFinanz, une firme allemande spécialisée, s'acquittera des frais du procès. Si l'activiste obtient gain de cause, cette entreprise empochera toutefois 20 pour cent des dédommagements attribués. (Belga/MI)

En savoir plus sur:

Nos partenaires