107 requêtes d'informations de l'Etat belge chez Google

16/11/12 à 13:15 - Mise à jour à 13:15

Source: Datanews

Au cours du premier semestre de 2012, les autorités belges ont introduit 107 demandes d'informations relatives à des utilisateurs chez Google, d'après le nouveau 'Transparancy Report' de cette dernière.

107 requêtes d'informations de l'Etat belge chez Google

Au cours du premier semestre de 2012, les autorités belges ont introduit 107 demandes d'informations relatives à des utilisateurs chez Google, d'après le nouveau 'Transparancy Report' de cette dernière.

Depuis 2011, Google publie chaque semestre un 'Transparancy Report', dans lequel elle indique combien de fois des autorités ont introduit une requête en vue d'obtenir des renseignements sur des utilisateurs. Durant le premier semestre de 2012, Google a enregistré un pic de quasiment 21.000 demandes relatives à un total de 34.614 comptes d'utilisateur. Le pays qui mène la danse, est et reste les Etats-Unis avec 7.969 requêtes à propos de 16.281 comptes. Suivent à bonne distance et dans l'ordre l'Inde (2.319), le Brésil (1.566), la France (1.546) et la Grande-Bretagne (1.425) qui complètent le club des pays '1.000+'. Depuis que Google a publié pour la première fois ses chiffres en 2009 - 12.539 requêtes à l'époque -, le nombre de demandes a grimpé de manière progressive, ce qui est révélateur d'une surveillance accrue de la part des autorités, à en croire Google sur son blog. L'entreprise ne réagit du reste pas toujours à ces demandes (ou parfois en partie seulement). Pour les Etats-Unis, 90 pour cent des demandes obtiennent une réponse (partielle ou non), contre 64 pour cent pour la Grande-Bretagne et moins de la moitié pour la France (42%) et l'Allemagne 39%).

En ce qui concerne la Belgique, Google a reçu 107 demandes d'informations relatives à 127 comptes et a répondu entièrement ou partiellement à 67 pour cent d'entre elles. Ces requêtes sont en hausse, mais le pourcentage des réponses reste stable.

Google fait aussi rapport de la fréquence des requêtes dont elle fait l'objet en vue de supprimer du contenu d'un service qu'elle propose. Avec 1.791 demandes reçues à l'échelle mondiale, l'entreprise indique avoir enregistré une forte hausse par rapport aux 1.048 in de la période précédente. Tout en haut de liste des raisons de suppression, on trouve la diffamation, suivie par la 'privacy & security'. Les atteintes au droit d'auteur (copyright) n'ont représenté que 2 pour cent des raisons de suppression.

En savoir plus sur:

Nos partenaires