10.000 personnes vont tester le nouveau système à voter électronique

26/10/11 à 13:51 - Mise à jour à 13:51

Source: Datanews

Plus de 10.000 personnes testeront ce jeudi le nouveau système électronique à voter en Flandre et à Bruxelles. Ce grand test est destiné à démontrer si le nouveau système pourra être utilisé lors des prochaines élections.

10.000 personnes vont tester le nouveau système à voter électronique

Plus de 10.000 personnes testeront ce jeudi le nouveau système électronique à voter en Flandre et à Bruxelles. Ce grand test est destiné à démontrer si le nouveau système pourra être utilisé lors des prochaines élections.

Les ordinateurs à voter existants doivent être remplacés rapidement. Ces anciens PC datent en effet de 19 ans déjà. Le risque qu'ils tombent en panne lors des prochaines élections, commence à devenir très grand.

Le gouvernement fédéral a donc décidé, conjointement avec les gouvernements flamand et bruxellois, de mettre en oeuvre un nouveau système à voter électronique. Ils ont élaboré ensemble une adjudication publique pour faire développer un prototype.

Ce développement se trouve à présent dans sa phase finale. Ce jeudi, les ordinateurs à voter seront donc testés en 22 endroits différents de Flandre et de Bruxelles par plus de 10.000 personnes.

Sur base du test, le système sera encore adapté, mais les ministres compétents, à savoir Annemie Turtelboom (intérieur, fédéral), Geert Bourgeois (Binnenlands Bestuur, Flandre) et Charles Picqué (ministre-président bruxellois), espèrent que le test sera positif.

Le nouveau système permettra à l'électeur de voter via un écran tactile. Grâce à un ticket, il pourra contrôler si tout s'est déroulé correctement. Ce ticket portera non seulement le vote de l'électeur, mais aussi un code-barres qui sera lu, lorsqu'il sera déposé dans l'urne électorale. Le comptage se fera donc lui aussi automatiquement. L'objectif est que les urnes ne soient plus ouvertes qu'en cas de recomptage suite à un litige.

Smartmatic Le prototype du nouveau système à voter a été développé par l'entreprise sud-américaine Smartmatic. Le processus a cependant pris du retard, ce qui fait que l'entreprise s'attend à devoir payer une amende d'1 million d'euros.

Théoriquement, si ce grand test se passe bien et que tout peut encore se dérouler conformément au planning, l'entreprise devrait encore pouvoir être prête à temps, à savoir pour les élections communales de l'année prochaine, et ce même s'il s'agira d'y arriver dans un délai très juste...

En savoir plus sur:

Nos partenaires