1.000 collaborateurs d'IBM Pays-Bas doivent rendre leur voiture

29/09/10 à 12:26 - Mise à jour à 12:26

Source: Datanews

Chez IBM Pays-Bas, quelque 1.000 membres du personnel doivent remettre leur voiture de société. Voilà ce qu'on a pu récemment lire dans le magazine Computable. Ce nombre de 1.000 collaborateurs concernés, l'entreprise n'a pas souhaité le confirmer. IBM Nederland occupe quelque 5.000 personnes. IBM a pris cette mesure "pour pouvoir mieux maîtriser les coûts". L'entreprise espère que cela aura un impact positif sur sa position concurrentielle. L'on parle d'adaptation des conditions de travail pour ces personnes qui doivent rendre leur voiture de fonction, mais rien n'a été communiqué à ce propos.

1.000 collaborateurs d'IBM Pays-Bas doivent rendre leur voiture

Chez IBM Pays-Bas, quelque 1.000 membres du personnel doivent remettre leur voiture de société.

Voilà ce qu'on a pu récemment lire dans le magazine Computable. Ce nombre de 1.000 collaborateurs concernés, l'entreprise n'a pas souhaité le confirmer. IBM Nederland occupe quelque 5.000 personnes.

IBM a pris cette mesure "pour pouvoir mieux maîtriser les coûts". L'entreprise espère que cela aura un impact positif sur sa position concurrentielle. L'on parle d'adaptation des conditions de travail pour ces personnes qui doivent rendre leur voiture de fonction, mais rien n'a été communiqué à ce propos.

Cette information a suscité pas mal de réactions sur le site de Computable. C'est ainsi qu'un informaticien écrit qu'il a besoin de sa voiture de leasing pour visiter les clients. "Il s'agit pour moi d'un outil pour desservir mes clients", signale-t-il. "L'on n'enlève quand même pas son marteau à un menuisier dans l'attente qu'il plante ses clous avec ses mains nues?" Un lecteur signant du pseudonyme 'client' affirme pour sa part que les collaborateurs d'IBM qu'il a rencontrés, sont frustrés: "Ils doivent à présent faire de longs voyages en train. Je me demande qui va payer la facture des heures de voyage supplémentaires."

En Belgique, cette mesure n'est provisoirement pas à l'ordre du jour, nous informe Yves Van Seters, porte-parole d'IBM: "Il s'agit là d'une question ne concernant spécifiquement que les Pays-Bas."

En savoir plus sur:

Nos partenaires